Sur les pas de Frodon: Sortie de la Moria

La seule issue disponible était la petite porte face à l’entrée, elle donnait sur un grand escalier. Aragorn ramassa Frodon, et le croyant mort il sursauta quand ce dernier lui dit naturellement « Je suis en état. Je peut marcher », et cela surpris tout le monde. Mais ils n’avaient pas le temps de s’étonner, ils prirent tous l’escalier sur l’ordre de Gandalf, qui lui restait en arrière.

Ils dévalèrent l’escalier, sans aucune source de lumière, avec comme seul repère la silhouette de Gandalf au sommet, attendant derrière la porte. Un grand éclat de lumière surgis accompagné d’un son sourd, puis Gandalf déboula auprès de la communauté, Le son des tambours cessa un moment. Gandalf avait bloqué la porte à l’aide d’un sort, mais vint une chose qui put briser son sort, et par la même la porte vola en éclat avec une bonne partie du plafond de la chambre.

Cela aura bien ralenti les orques, après une heure de descente dans l’obscurité, les tambours avaient repris mais leur son était faible, très éloigné. Ils avaient dut parcourir un bon mille, et décidèrent de se remette un peu de leurs émotions. Il était temps de s’étonner pour Frodon. Mais seul Gandalf semblait se douter de la présence de la cote de mithril offerte par l’oncle Bilbon.

Ils ne tardèrent pas à reprendre leur route, l’atmosphère devenait plus chaude, et très vite ils arrivèrent à Nud-Melek, la vieille Moria. Ils avaient débouché au nord de la Seconde Salle, à leur droite une grande fissure s’était ouverte, rougeoyante et flamboyante, à leur gauche au loin se trouvait la Premiere Salle de l’autre coté du Pont de Khazad-Dum. A peine le temps d’admirer les pilliers sylvestres que les tambours résonnèrent à nouveaux, et des miliers de pas à leur poursuite se rapprochèrent.

Ils entamèrent aussitôt leur dernière course, se dirigeant droit vers le pont. Leur poursuivant venant de l’ouest, ils s’en retrouveraient bloqués par la faille. Le pont n’en demeurai pas moins dangereux, il était étroit sans parapet, ni balustrade. C’était là une défense des nains qui dans le cas ou la Première Salle aurait été prise l’ennemi n’aurait pu aller plus avant qu’en passant le pont en file indienne.

Le pont de Khazad Dum, après le passage de la Communauté

Gimli passa le premier suivi de près par Merry et Pippin, des gobelins s’était approchés et les flèches noires sifflaient au dessus de leur têtes.

Légolas se retourna, près à décocher une flèche à son tour, mais il la laissa tomber sous le choc de ce qu’il venait de voir. Deux trolls avaient installé deux grandes dalles de pierre au dessus de la faille rougeoyante, mais c’est un Balrog qui effraya l’elfe. Les orques s’étaient reculés pour laisser passer l’Ombre et la Flamme. Gimli laissa tomber sa hache, « Le Fléau de Durin !  » s’écria t’il en se couvrant le visage.

Tous traversèrent le pont à l’exception de Gandalf qui se tenait au milieu du pont. Aragorn et Boromir tinrent pied côte à côte à l’autre extrémité du pont, quand aux autres ils avaient atteint la porte au bout de la salle et se retournèrent.

Le Balrog arriva sur le pont en un bond, nimbé de flamme et d’ombre. D’une main il tenait un épée rougeoyante, de l’autre un fouet à multiple lanières.

« Je suis un serviteur du Feu Secret, qui détient la flamme d’Anor. Vous ne pouvez passer.
Le feu sombre ne vous servira de rien, flamme d’Udün.
Retournez à l’Ombre! Vous ne pouvez passer. »

Gandalf tenait bon face au Balrog, il semblait tout petit, gris et chétif, mais une lumière blanche venait s’opposer aux ténèbres qui l’environnait. Glamdring brillante connaissait déjà cet ennemi et elle repoussa le premier coup du Balrog, son épée vola en éclat pour retomber en fusion. Le Balrog tomba à la renverse sous le choc, le magicien vacilla mais tint bon au milieu du pont.

Les deux hommes ne tenant plus revenaient en courant sur le pont quand au même moment Gandalf donna un grand coup de bâton sur le pont, un rideau de flammes blanches jailli et le pont se brisa devant le Balrog. Le pont ne tenant plus sous le poid du Balrog, celui ci tomba dans l’abîme, son ombre disparue mais il fît tournoyer son fouet qui vint attraper les jambes de Gandalf, le faisant tomber, alors qu’il sombrait à son tour dans l’obscurité il cria « Fuyez, fous que vous êtes ! ».

La compagnie restait figée d’horreur alors que les pures ténèbres retombaient. Aragorn revenant en courant avec Boromir vers le reste du groupe, sortie tout le monde de la stupeur qui les avait saisie. Et c’est en courant que tous passèrent au travers des quelques orques qui restaient caché dans les dernières petites salles avant la sortie.

Contre tout espoir ils avaient enfin trouvé la sortie, sous la lumière du ciel, ils sentaient le vent sur leurs visages. Derrière eux, plus rien. Le chagrin les accabla…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : * La limite de temps est dépassée. Please reload CAPTCHA.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils