Affiche: Le Hobbit: Un Voyage InnatenduIl aura fallu du temps avant que je puisse voir Le Hobbit: Un Voyage Inattendu, et encore plus  pour que je trouve le temps d’écrire une critique personnelle. Mais avant d’aller plus loin il me semble important de préciser que j’ai découvert les Seigneur des Anneaux au cinéma avant d’avoir lu le livre. Ce n’est qu’immédiatement après avoir vu la Communauté de l’Anneau que j’ai dévoré le livre et tout le reste. Voila donc pour commencer une différence majeure entre ces deux premiers volets, là où avec la Communauté de l’Anneau j’était dans la découverte la plus totale (je ne me rappelle pas avoir vu la moindre bande annonce c’est dire), découverte qui au fil du temps s’est muée en une affection toute particulière.

Avec Un Voyage Inattendu plus de place pour la découverte, le livre est déjà lu et relu, l’univers est déjà connu et reconnu, et cette fois j’ai suivi la promotion du film. Tout ça pour me retrouver avec un mélange parfait entre l’attente et l’appréhension, sentiments partagés par beaucoup de monde. Inquiété par les bandes annonce, et par les premières critiques, à la fois sur l’aspect technique et sur l’histoire.
Inutile de vous faire attendre plus longtemps, j’ai été surpris. Agréablement surpris, mes craintes se sont vite envolées.

Là ou je craignais de voir 13 bouffons nains, à la manière de Gimli, ou d’après ce que laissait entrevoir la première bande annonce, j’ai découvert 13 nains qui peuvent faire les pitres (avant l’aventure surtout) mais qui ont leur noblesse, leur bravoure et leur sérieux la majeure partie du temps. Ils sont attachants, même si l’on aimerait mieux les connaître, certain étant pour ainsi dire muet, n’ayant même pas de réplique véritable.
Quand à leur look, il est vrai qu’il est très différent de celui de Gimli, excepté pour son père Gloin et pour Oin, normal. Certain nains étant particulièrement problématiques,  les plus jeunes surtout qui n’ont pratiquement pas de barbe, ou encore Thorin qui me parait bien trop jeune (il est censé être plus vieux que Balin). Mais ces problèmes qui peuvent heurter l’amateur de Tolkien que  je suis sont vite oubliés.
On comprend aisément les raisons qui ont poussé PJ à faire ainsi, il ne pouvait décemment pas faire 13 nains semblables à Gimli, ni faire un Thorin trop vieux. Le film doit pouvoir plaire aux masses, et il faut pouvoir différencier chacun des nains rien qu’avec leur silhouette.

Le Hobbit: Les nains

Oui, on a bien affaire à une adaptation. L’on ne peut se contenter de calquer le livre sur la toile de cinéma. Il faut faire des choix, prendre des décisions qui déplairont aux fans du livre pour le bien du film. Oubliés donc les capuchons de toute les couleurs, pas assez sérieux. Oublié le porte monnaie qui parle, trop conte de fée. Oubliés les aigles qui parlent, trop fantastique encore. Pour compenser, et tenter de recoller à l’esprit de livre, PJ introduit quelques éléments de sa conception. Le Hobbit: Radagast
Radagast et son traîneaux de lapins en est l’exemple le plus frappant, c’est tellement incongru que ça a tout à fait sa place dans un conte de fée. Du coup, en ce qui me concerne j’ai plutôt bien accepté la chose. C’est plutôt ce qu’il fait avec ses lapins qui me chagrine. Traverser les Monts Brumeux en un éclair, par la magie du montage, ou tourner en rond autour de la compagnie naines alors qu’il devrait attirer les orques au loin ? Quand à la dégoulinure de fiante d’oiseau au coin de l’œil, là comme tout le monde j’ai du mal. C’est trop, j’aurais accepté le personnage tel quel sans cette horreur, en plus les oiseaux ne font pas leur besoins si près de leur nids c’est contre nature.

Puisqu’on en est à parler des choix de l’adaptation, vient tout naturellement le cas d’Azog. Il faut à Peter Jackson une figure qui face office de méchant, concret, ne cessant de mettre des bâtons dans les pattes de nos héros. Smaug et bien loin et bien trop passif. Le Nécromancien encore trop fantomatique. Mais pourquoi choisir Azog ? Un orque censé être mort il y a des lustres. Pourquoi ne pas utiliser son fils Bolg tout au long de la trilogie, lui est bien vivant et est aussi un très bon candidat pour recevoir la vengeance de Thorin. Voila bien la seule chose que j’ai du mal à comprendre. Est ce à ce point compliqué d’introduire l’héritage de la vengeance de père en fils, coté nain comme coté orque ?

Le Hobbit: BilboMais revenons aux personnages. Et plus particulièrement à celui qui est au centre de toute cette aventure, notre bon vieil hobbit Bilbo. Très réussi, Martin Freeman est le hobbit. Bien installé, un peu trop au goût de Gandalf. Ronflant dans son confort et déterminé à faire comprendre tout le mal qu’il pense des aventures, sans jamais dérogé à ses bonnes manières mais tout en affichant nombre de mimiques explicites sur le fond de sa pensée. À tel point que l’on peut avoir du mal à le comprendre quand il prend la décision de partir. D’un coup d’un seul son coté Touque resurgit alors que dans le livre cela met plus de temps. Une facette de sa personnalité qui prend très vite le dessus sur le coté pépère. Ce Bilbo là est bien plus aventureux et courageux que celui du livre. Si bien que la transformation du hobbit en héros arrive bien plus tôt que prévue.

Bilbo est au cœur de l’émotion, c’est par ses mots que l’on découvre les nains. Si il est facile de s’attacher à ce petit hobbit, PJ sait bien qu’il sera plus dur de rendre les nains tout aussi attachant. Alors il utilise Bilbo pour nous faire comprendre l’enjeu de la quête des nains, c’est parce que Bilbo compatis à leur sort qu’il fait le choix de poursuivre l’aventure et c’est grâce à lui qu’on s’attache à ces treize nains, aussi rustres soient t-ils.

Le Hobbit: GollumQuand à l’Anneau, on pourrait trouver à redire sur sa découverte qui ne se fait plus tout à fait par hasard. Mais au cinéma le hasard est très mal vu et réduit à néant l’action des héros, alors on comprend. D’autant que la scène des énigmes fait passer la pillule. Par la mise en scène on peut ressentir toute l’angoisse de Bilbo face à la créature Gollum. Là où un simple face à face tel que dans le livre n’aurait pas suffit. Et le moment ou Bilbo épargne Gollum est saisissant, l’on lit sur son visage comme on lit le livre, toute la compassion qu’il éprouve à ce moment là envers cet être chétif, perdu et désespéré. C’est la scène qui m’aura le plus  marqué, d’autant qu’elle fait très bien le lien avec la trilogie du Seigneur des Anneaux.

Un lien avec la première trilogie sans cesse rappelé.  Que ce soit par le passage d’introduction avec le vieux Bilbo et Frodo, des clins d’œils furtifs, voir carrément par des plans copier/coller de la premières trilogie. La liste est si longue que je vous en ferait graçe, mais j’ai trouvé ça légèrement exagéré, de quoi venir gâcher certaine scène pour tout vous dire. D’autant que tout ça est encore souligné par la musique puisqu’on retrouve les mêmes morceaux pour les mêmes images.

Le Hobbit: Gandalf face au Grand Gobelin

Pour terminer parlons du rythme, c’est un reproche qui revient souvent. Trop long, trop lent… Et bien figurez vous que j’ai pas vu passé les 3h du films. C’est simple, à l’entrée je pensais que le film durerai 2h30, à la sortie je me rend compte que le film dure 2h50 et  j’ai du mal à croire l’heure affichée sur ma montre. J’avais ni faim, ni envie de quoi que ce soit, mais j’étais près à rester assis pour une deuxième séance dans la foulée. Comme quoi tout ça est bien subjectif. C’est sûr je n’aurais aucun mal à apprécier la version longue, et si les deux volets qui suivent sont aussi bons, ce sera avec entrain que je me ferai le plaisir de tout voir d’une traite.

Maintenant je suis impatient de voir la suite, ne serait ce que pour voir comment Peter Jackson vas gérer ses choix scénaristiques. Azog prendra t-il la place de son fils à la Bataille des Cinq Armées ? La grive tiendra t-elle sont rôle dans la mort de Smaug ? Que va t-il faire du Conseil Blanc ? Comment vas t-il gérer les morts de ses trois figures naines emblématiques ? Les questions sont nombreuses et l’on ne pourra juger les choix du réalisateur qu’une fois l’ensemble de la trilogie dévoilé.
Et si vous n’êtes pas d’accord, vous avez toujours les commentaires pour exprimer votre avis, ou encore la critique de Xapur qui collera peut être plus avec votre ressenti.


9 Commentaires

  1. Pour ma part je vais essayer de faire court… Cinématographiquement superbe mais « adaptativement » aberrant.

    Cinématographiquement bon car :
    – L’heroic fantasy est un genre largement sous représenté au cinéma (et encore plus rare de façon bien faite) et que Peter Jackson est plutôt doué pour cette thématique
    – Parce qu’on retrouve avec plaisir la patte de Alan Lee et John Howe et que la direction de la photographie est aussi bonne que dans la première trilogie (normal c’est le même, Andrew Lesnie).
    – Parce que si on arrive à voir le film comme une œuvre « inspirée de … » et non une adaptation ça passe très bien.

    « Adaptativement » aberrante bah…
    – Parce que déjà Radagast a été encore plus massacré que Isildur, Boromir et Faramir réunis (champis hallucinogènes, crotte de piaf pour ne citer que ça).
    – Parce que Azog est encore en vie (mais qu’est ce que Dain a bien pu foutre à la bataille d’Azanulbizar ?!?).
    – Parce que Thror meurt lors de la guerre que sa mort a déclenché (on dirait qu’on parle de Terminator…).
    – Parce que les wargs et les aigles ne parlent pas et sans doute les araignées non plus (sans rire si ça avait été bien fait ça aurait rajouté un côté maléfique ou majestueux (suivant la « bête » en question) supplémentaire).
    – Parce que le doublage français écorche à chaque reprise le nom des nains.
    – Etc (j’en passe car il y a tellement d’aberrations qu’il serait quasi sans fin de toutes les citer)

    Avatar Aeliunwe
    1. Ah oui, petite précision pour ma part, j’ai tout fait pour le voir en VO, donc j’ai pas été victime du doublage français.

      Sinon je pense qu’on doit pouvoir me mettre dans la catégorie de ceux qui arrivent a voir un film inspirée de… Et puis comme ça j’ai des surprises en voyant le film, surpris de voir que ça se déroule pas comme prévu/lu ^^

  2. Comme toi Edward je l’ai aimé car je suis capable de voir une oeuvre « inspiré de.. » mais je suis d’accord avec Ael sur tout ce qu’il a dit et notamment la bataille d’Azanulbizar…mal raconté (d’autant plus que l’on verra Daïn à la fin du film logiquement)

    Avatar Tel
  3. Je comprends pas pourquoi les gens parlent de crotte/fiante de piaf sur Radagast…C’est du lichen (une mousse qui pousse dans la forêt et sur les arbres, donc très en adéquation avec le personnage de mon point de vue).

    Alors bon, pour moi, ca reste une excellente adaptation de l’oeuvre originale avec tout ce que l’on veut si l’on va voir une adaptation d’un livre pour enfant (Un Radagast qui préfère les animaux aux hommes, des Nains bien comme il faut etc).

    1. C’est clairement de la fiante, ça dégouline à partir du nid d’oiseau qu’il planque sous son chapeau. C’est peut être pas très réussi comme maquillage, ou alors l’oiseau a un sérieux problème, mais c’est clairement une chiure.

      http://www.filmweb.no/incoming/article1076391.ece/BINARY/Sylvester+McCoy+som+Radagast+i+Hobbiten+En+uventet+reise

      Sur cette image là, on voie la dégoulinure sur sa peau, si ça devait être du lichen il resterait cantonné à ses cheveux emmêlés non ?

      De toute façon qu’ils aient voulu mettre du lichen ou de la merde d’oiseau, le mal est fait, maintenant je n’y verrai plus qu’une saleté. J’aurais tellement préféré que ce soit du lichen.

      C’est triste qu’on en soit a débattre de ça, il s’agit de Radagast et il est bien plus intéressant que ça normalement. Là il est un poil too much pour moi.

      1. Au passage et juste pour chipoter parce que j’aime bien ça le lichen n’est pas une mousse mais une organisme symbiotique composé d’un champignon et d’algues microscopiques et/ou de cyanobactéries.
        Donc ce qu’on voit à l’œil nu c’est un champignon et non une mousse ;)

        Avatar Aeliunwe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : * La limite de temps est dépassée. Please reload CAPTCHA.