Amras Anárion nous envoi in extremis sa participation. Du coup je n’ai pas eu le temps de la lire. Vous par contre vous devrez le prendre avant de voter.


Une Elfe de Valinor sur ces terres

Mae Govannen mellyn

Je me présente : Galmalthis Anarlaurendil, princesse elfique de Valinor au Troisième Âge de ce monde. Du haut de mes 1 508 ans, le temps semble s’écouler lentement sur ces Terres Immortelles baignant dans la paix… Je vécus heureux auprès de mon père Airelda, actuel Roi des Hauts-Elfes de l’Ouest, et de sa lumineuse épouse Galadári, ma mère. Ils firent de moi une Ménestrelle à la voix douce et lumineuse, et je reçus bon nombre de compliments lorsque je chantais, voir même que je serai la réincarnation de Lúthien Tinúviel elle-même.

Cependant, loin de la douceur des chants elfiques, les Ténèbres se firent sentir à l’Est. Du haut du Taniquetil, Manwë, le seigneur des Cieux, eut la prédiction que le Maia déchu de Melkor, Sauron, allait s’élever de nouveau… et menacer tous les Peuples Libre de la Terre du Milieu, dont tous mes frères restés là-bas…

Il y a quelques dizaines d’années, cinq Istari furent envoyés, mais Varda eut récemment la vision que cela ne suffirait guère. Alors, Eönwë descendit des cieux et vint demander aux Seigneurs Elfes du pays des Valar si certains d’entre eux souhaitaient retourner sur la Terre des Hommes. Sachant que tant des nôtres fuient ces contrées sur les blanches nefs de Círdan, peu eurent le courage d’affronter la corruption de ce monde… Mais moi, j’avais envie de découvrir ce monde. Je rêvais d’aventure et de danger, car le paradis de Valinor demeurait trop monotone, trop parfait, sans la moindre corruption… Pouvons-nous laisser nos frères mourir à l’Est sans rien faire, alors que cinq Grands Mages sont déjà partis ?

Varda me demanda alors de fonder une Confrérie sur ces terres afin que la parole des Divins Elfiques puisse être répandue, et que les Peuples Libres retrouvent l’espoir. Ainsi, je pris un navire à contre-courant des autres, accompagnée de mon oncle Tinolmo, et bientôt je l’espère, d’Aranwë, un autre Seigneur Elfe, et d’Airasorneldo, mon amant. Peut-être d’autres accepteront-ils de nous rejoindre au prix du sacrifice de leur vie paisible auprès des Valar.

C’est alors que je débarquais en Ered Luin, livrée à moi-même sur ces terres, le bateau de mon oncle ayant pris du retard… Mes débuts furent laborieux. Dès le premier jour, je fis une chute accidentelle ou plutôt devrais-je dire mortelle à Duillond en contemplant le panorama s’offrant à l’Est. Ce ne fut même pas un Orque ou un quelconque allié de l’Ombre qui aura eu raison de moi en premier.

En dépit de cette journée de jambe cassée que la magie des Eldar aura vite guérie, je pus reprendre mon aventure et m’endurcir petit à petit, aussi bien physiquement qu’au niveau de ma voix.

Rapidement, je fus contactée par une Confrérie nommée Les Hérauts de l’Eriador… Composée d’Humains en grande majorité, je ne m’y guère sentie à l’aise, et je n’ai quasiment jamais pu suivre les aventures de mes confrères… Excepté un Nain nommé Zarakorin. Qui aurait cru que ma première amitié sur la Terre du Milieu serait avec un membre du peuple des Naugrim ? C’est alors qu’un Aigle me fut envoyée, rappelant ce qu’était ma tâche…

Je quittai cette Confrérie éphémère et fondai la mienne : l’Ordre des Valar. Grâce au don de ma voix rappelant la légende de Lúthien, de nombreux Premiers-Nés rejoignirent mes rangs. Dès le premier soir, nous étions 9. En 3 jours, je réalisai ce que les Hérauts de l’Eriador avaient fait en deux semaines. En trois semaines, nous atteignîmes presque les 60 confrères.

Mais la Voix de Manwë était conciliante, et je me devais aussi de réunir quelques représentant des trois autres races libres, afin de prouver que malgré nos différences – et Eru sait que la rancœur entre les Eldalië et les Naugrim est forte – nous pouvons tous nous unir face à l’Ombre qui s’élève à l’Ouest.

Que pense-je de ma vie dans la Terre du Milieu ? Tout d’abord, c’est une aventure merveilleuse en compagnie de mes Confrères. Que ce soit pour s’enrôler dans des Escarmouches, purifier les Galgals ou nettoyer le mal d’Agamaur et ainsi exorciser la Fille Rouge, ces moments ensemble demeurent les plus épiques et les plus palpitants… Même si nous mourrons souvent, ce que dans le jargon de ce monde nous nommons « Moral » – car il s’agit bien de blessures qui mènent aux Trépas – jamais Mandos ne nous laisse passer dans son monde, car nous sommes bénis des Valar. Ainsi, nous ressuscitons dans un cercle de pierre que je nomme la Chambre des Ents (HRP : car la disposition des pierres est la même que dans le jeu BFME), si ce n’est directement de ma voie emplie de la puissance d’Elbereth.

Parlons-en de mon rôle de Ménestrelle. Je m’y sens en harmonie, mes sorts et ma magie (nommé « dégâts tactiques » dans le jargon local) de lumière frappent mes ennemis, tandis que mes alliés voient leurs blessures soignées et leurs capacités améliorées. J’ai choisi la voie du Protecteur des Chants, afin que tous puissent entendre les bienfaits de mes lais et ballades et sachent que les Valar veillent toujours sur eux. Seuls, je peux me débrouiller, mais ma faible défense – tout à fait justifiée – fait que je me sens mieux en groupe, auprès de mes Confrères que je remercie. Et en ma présence, ils trouvent la force de frapper encore plus fort les serviteurs de Sauron.

Un remerciement spécial à Zarakorin pour avoir toujours cru en moins dès le début, et pour m’avoir protégée mainte fois en tant que fidèle Gardien, qui n’hésite pas à aggro les Orques par ses railleries naines afin de les détourner de mon armure légère.

Ensuite, les Quêtes… Parfois longues et demandant beaucoup de patience (je pense aux innombrables quêtes Fedex de la Comté), parfois épiques et entraînante, les faire en groupe demeure toujours plus fructifiant. Car même si la grande majorité de l’aventure peu se vivre seul, voyager en Communauté démultiplie le bénéfice que nous tirons des monstres vaincus, en plus de l’entraide mutuelle. Ne pas voyager en groupe, c’est rater une belle opportunité.

Les paysages de la Terre du Milieu sont très beaux, et je m’y épanouis. La seule chose que je déplore, ce sont ces falaises infranchissables qu’on trouve un peu partout et qui d’après les cartographes locaux n’auraient rien à faire là. Notre monde est semi-ouvert, mais un monde totalement ouvert aurait été l’idéal.

J’apprécie aussi ce que j’appelle les quêtes cachées, j’ai nommé les Prouesses. Tant de petits défis à réaliser afin de nous permettre d’accomplir tant de choses, et de gagner des pièces d’or avec un symbole d’hélice dessus qui s’avèrent très utile auprès d’une boutique située dans un plan immatériel autre qu’Arda.

Enfin, l’Artisanat demeure une quête palpitante qui procure une grande fierté lorsqu’on réussit à accomplir des Critiques, et plus particulièrement les objets bleus rares et puissants. L’entraide dans une Confrérie trouve ici toute son utilité et sa puissance, car chaque vocation est interdépendante des autres. Grâce à mes frères et à mes compétences de Joallière, j’ai pu ainsi m’équiper que de pièces d’équipements bleus, digne de mon rang. Tout ce savoir est partagé auprès de mes Confrères qui peuvent ainsi mutuellement s’épanouir dans leur propre artisanat.

Mais le monde d’Arda possède quelques défauts et je me dois de les mentionner en Hors RP… La migration des serveurs de Codemasters vers Turbine m’a fait perdre le bénéfice d’une précommande faite il y a 6 ans qui m’a valu près de 70 pièces d’or dans une autre vie au Septime Âge. Je souhaiterai pouvoir m’abonner à vie au monde d’Arda, chose à laquelle j’aurai légitimement le droit, mais je n’ai guère eu de réponse à mon ticket 3 semaines après et malgré une relance.

La politique des noms est aussi aberrante, car tous les noms en lien avec le Seigneur des Anneaux sont systématiquement censurés que ce soit pour le nommage d’un objet d’artisanat, d’un cheval ou d’un animal de compagnie, même les noms elfiques des personnages les plus méconnus du Lore… Ce qui est la porte ouverte à tous les noms anti-RP, ce qui est absurde pour un serveur RP du nom d’Estel…

Mais le temps presse, et je dois vous quitter. Il est presque minuit, et ma lettre risque d’arriver en retard auprès des Furets du Gondor. Ainsi, je vous laisse avec quelques images de mon périple sur la Terre du Milieu.

Un grand merci à mes Confrères de l’Ordre des Valar pour tous ces beaux moments que j’ai pu passer avec vous.

Galmalthis Anarlaurendil


8 Commentaires

  1. “La politique des noms est aussi aberrante…”

    Je suis tellement d’accord avec toi. Mais je dirais aussi que les mj sont bien trop tolérants en ce qui concerne les noms hrp. Je ne veux blâmer ici personne et ne donnerais aucun pseudo, mais si tu savais les noms que je croise, signale, et qui sont toujours là ensuite. Je ne comprends absolument pas leur logique. Ces derniers temps, j’ai vu un Dysmenor renommé, alors que des petitmages (sisi) ou tanckabbot sont tranquilles.

    Avatar Nalrin Neigecoeur
  2. C’est une invitation pour la Terre du Milieu, une aventure qui se promet d’être épique d’après ce texte, car il en ressort une confrérie unie..
    Je n’ai pas les moyens d’y accèder, mais j’aimerai tant pouvoir voyager avec ces Elfes et leurs amis.

    Avatar Orgulas
  3. Une très jolie histoire qui laisse la porte ouverte au rêve. Je ne connais pas le jeu, mais aime l’oeuvre de Tolkien, et on y voit à travers ces images et ces lignes l’émerveillement que procure le monde de ce maître.

    Avatar Bastet
  4. Merci à tous mes amis, que ce soit ceux de Facebook, ceux IRL, ou tout simplement mes Confrères de Lotro pour avoir soutenu mon texte. Le vote touche à sa fin, et nous n’avons pu rivaliser avec la Chasse d’Octa, mais nous nous en tirons honorablement avec la seconde place, sept commentaires et le second article le plus lu parmi les 16 candidats juste derrière celui nommé “Il y a urgence”.

    Dommage que je n’ai pas eu le temps de finir mon récit, peut-être aurait-il eu quelques voix de plus. ;)

    Pour Nalrin Neigecoeur, je suis d’accord que la politique des noms de Turbine est déplorable :
    – D’un côté, ils censurent les noms qui auraient pu réellement être RP en bloquant l’intégralité du dictionnaire des noms propres de Tolkien.
    – D’un autre côté, ils laissent les noms anti-Rp se balader sans soucis (j’ai vu des superman ou des poilaucul dans le jeu, et sur le serveur Estel je vous pris), et ce n’est pas une légende urbaine qui ne donnent pas suite aux tickets de dénonciation pour “nom non conforme”.
    En gros, leur politique, c’est : on fait une énorme liste noire de noms (quitte à ce que les faux-positifs ou la censure abusive pleuve), puis on ne fait plus aucune modération, puisque la liste noire XXL est censée palier à tout.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *