Nouvelle traduction pour le Seigneur des Anneaux

Deux ans tout juste après la publication d’une nouvelle traduction pour Le Hobbit, les éditions Christian Bourgois vont éditer une nouvelle traduction du Seigneur des Anneaux, dès cet automne.

Le premier volume intitulé La Fraternité de l’Anneau sortira cet automne (à confirmer pour le 2 octobre) illustré par Alan Lee. Les deux autres volumes sortiront par la suite, et on peut s’attendre à une édition complète pour finir.

Comme pour Le Hobbit, c’est Daniel Lauzon qui s’est chargé de la traduction, garantissant pour la première fois une traduction en accord avec les autres œuvres de Tolkien et surtout en accord avec les indications laissées par le professeur d’Oxford.

Ce travail de retraduction est depuis longtemps attendu, il faut dire que la première et unique traduction faite par Francis Ledoux comporte bon nombres d’erreur, de fautes de frappes, et plus grave encore de lourd contresens. D’autant que Ledoux n’a même pas été cohérent avec sa propre traduction du Hobbit.
Voyez donc le travail de recensement des erreurs fait par les membres d’Elbakin.

Cette nouvelle traduction bénéficiera de toute l’expérience accumulée par Daniel Lauzon et par l’équipe de traducteurs formée au début des années 2000 et dirigée par Vincent Ferré pour les éditions Christian Bourgois. Une équipe qui a produit les traductions des Lettres, des Enfants de Hurin, les tomes 3, 4 et 5 de l’Histoire de la Terre du Milieu, La Légende de Sigurd et Gudrun, La Chute d’Arthur, et bien sur Le Hobbit.

Naturellement, comme pour le Hobbit, il sera difficile de ce faire à cette nouvelle traduction. Rappelons qu’en France une traduction est considérée comme une œuvre de l’esprit à part entière et possède donc des droits d’auteur. Les noms imaginés par Francis Ledoux à l’époque sont sa propriété. Le nouveau traducteur doit donc impérativement imaginer de nouveaux noms pour sa traduction, la loi est ainsi faite.
C’est là le principal problème pour tous ceux qui ont grandi avec les livres de Tolkien. Les noms sont chargés d’émotions et de souvenirs indissociables ce qui rend très difficile l’adoption d’une nouvelle traduction. Cependant il ne faut pas trop se focaliser sur la nomenclature, ce n’est finalement que la partie visible de l’iceberg d’un travail bien plus conséquent.

Nous n’aurons pas à attendre longtemps avant de pouvoir lire par nous même cette nouvelle traduction. En attendant les forums de la communauté des Tolkiendilí bouillonnent d’impatience. Sur Elbakin, sur Tolkiendil et sur JRRVF. Vous pouvez aussi suivre les mises à jour de cette page ou le Twitter de Vincent Ferré pour ne rien rater.

12 Commentaires

  • Amras Anárion
    Amras Anárion Commenté le 9 septembre 2014 Répondre

    Les joyeusetés de la Loi française sur les droits d’auteurs, qui donnent à cette traduction une vague impression de Parodie, du fait qu’il soit obligé de changer les noms employés…

  • Grours
    Grours Commenté le 9 septembre 2014 Répondre

    Abusé quand même ! Petite question juridique : seuls les noms changés/inventés par le traducteur appartiennent au traducteur non? Les noms inventés et utilisés par l’auteur de l’oeuvre originale sont réutilisables par tous les traducteurs rassure moi ?
    Sinon je vois mal un Jean-Pierre prendre l’anneau à une créature du nom de … Grours :p

  • Kufkhell Commenté le 9 septembre 2014 Répondre

    Super, je pourrais voir les différence avec les vieux livres que j’ai qui doivent certainement être de la première version même si j’ai jamais vu le nom du traducteur sur aucune des couvertures.
    Sinon, j’avoue que si tout les noms sont modifiés ça vas être très moche, très très moche.

  • Edward
    Edward Commenté le 9 septembre 2014 Répondre

    Gollum restera Gollum, c’est pas un nom qui a vocation à être traduit. Il en va de meme pour tout les noms Sindarin, Khuzdhul ou orque.

    Elrond, Galadriel, Legolas Gimli, ça change pas. De même Boromir, Aragorn restera Aragorn. Par contre, Grand-pas sera changé.

    Frodon deviendra Frodo parce que selon les indications de Tolkien il n’y avait pas « franciser » les sons en rajoutant un ‘n’ à la fin.
    Sacquet deviendra Bessac, parce qu’il faut lui trouver un nouveau nom qui rappelle le mot « sac », et l’initiale, et les sonorités autant que possible.

    Lisez la nouvelle traduction du Hobbit, ou survolez là en librairie pour vous faire une idée des nouveaux noms que l’on aura. Vous verrez qu’il n’y a pas à s’inquieter de voir des Jean-Pierre débouler ^^

  • Aeliunwe Commenté le 10 septembre 2014 Répondre

    Le genre de loi stupide sans aucune attache à la réalité >_<

    Si une traduction est mauvaise, tant pis, si un nom est justement traduit dedans, celui qui passe derrière doit se démerder pour trouver un nom potentiellement moins juste.
    Bravo à la loi, bon moyen pour avoir deux traductions déplaisantes pour ceux ayant déjà lu le livre. La première restera mal traduite et la deuxième donnera des noms basés sur des synonymes, très perturbant pour le lecteur de la première heure et potentiellement rédhibitoire…

    Je suis d'accord qu'il faille protéger les auteurs et les traducteurs, mais si il est admis qu'une traduction pourrait être optimisée, ce qui est clairement le cas ici, il devrait y avoir des exceptions parce que bon, là…

    J'ai lu le Hobbit de Lauzon, très bien traduit, on sent qu'il connait son sujet. Mais, il est vrai qu'il y a certains noms qui dérangent, pas par la traduction choisie mais par l'habitude qu'on s'en est faite. J'ai d'ailleurs offert la traduction de Lauzon à une amie pour lui faire découvrir l'univers traduit correctement et sans la frustration de ne pas retrouver les noms de l'autre version. C'est la version que je conseille à tout ceux qui aimeraient découvrir l'univers de Tolkien.

    Quoi qu'il en soit, une traduction est faite pour faire profiter au mieux les lecteurs étrangers à la langue originale du livre, donc je trouve ça absurde que la loi tire dans les pattes d'un traducteur lui brisant son potentiel de justesse…

    Ce qui est certain, c'est que je l'achèterai.

  • Edward
    Edward Commenté le 11 septembre 2014 Répondre

    La sortie est confirmée pour le 2 octobre.

  • Hécate Lomëwen
    Hécate Lomëwen Commenté le 14 septembre 2014 Répondre

    Bonne nouvelle que la correction de ces erreurs.
    Par contre changer tous les noms, alors qu’ils sont même employés dans les films… Ne pourraient-ils pas être utilisés avec l’accord du premier traducteur ? Ca doit bien être possible légalement… Après il est en droit de refuser.

  • Aeliunwe Commenté le 14 septembre 2014 Répondre

    Le premier traducteur est décédé depuis 1990 malheureusement.

  • Edward
    Edward Commenté le 14 septembre 2014 Répondre

    Les ayants droit de la première traduction n’ont pas donné leur accord pour qu’une « simple » version corrective de l’œuvre soit possible.
    Dans ce cas, obligé de faire une traduction complète.

  • -Y- Commenté le 16 septembre 2014 Répondre

    L’argument des films ne tient pas vraiment. Certains noms ont été traduits en dépit de la volonté de l’auteur. Le choix des « nouveaux » noms est plus respectueux de l’œuvre. Ça oblige à changer ses habitudes de lecture, mais ça disqualifie pas le travail pour autant.

  • Beau Commenté le 23 mars 2015 Répondre

    La nouvelle traduction est somptueuse. Je pense que derrière le contraste existant entre les noms « communs » issus de l’anglais et les noms elfiques, il y avait la volonté de souligner un contraste entre un local enraciné (les Hobbits) et un universel immortel (les Elfes et leur passé venant du fond des âges). Donc, d’avoir retraduit les noms anglais des Hobbits en noms français bien d’chez nous, de façon à insister sur ce contraste est excellent et le résultat à cet égard est plus que convaincant.
    De même, les nouvelles traductions des chansons sont excellentissimes: on y prête une grande attention, contrairement peut-être à celles de Ledoux sur lesquelles on (en tous cas en ce qui me concerne) passait rapidement.
    Seuls regrets:
    – Les coquilles: il y en a encore plein et plus grossières que celles de Ledoux, mais ce n’est sans doute pas la faute du traducteur mais de l’éditeur;
    – J’aimais bien le « Grands-Pas » de Ledoux.
    – Le comique de certains dialogues ou descriptions que je n’ai pas toujours retrouvé ici, même si « Gros Lard Bolger » est très bon;
    – Un contresens que je trouve regrettable : « What you be thinking-of?  » par « A quoi penses-tu? » me paraît vague et ne fait pas ressortir la gravité de la situation du Vieil Homme Saule. Il y avait un côté girardien dans le « Pour qui te prends-tu » (ou « Qui crois-tu être », je ne sais plus) de Ledoux qui faisait envisager des pistes philosophiques intéressantes.

    • -Y- Commenté le 23 mars 2015 Répondre

      Pour les coquilles, je pense qu’il faut pas hésiter à les faire remonter au traducteur. Il traine sur les forums de Tolkiendil et Elbakin et j’ai l’impression qu’il est preneur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : * La limite de temps est dépassée. Please reload CAPTCHA.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils