Sortie de la Fraternité de l’Anneau

Hier sortait en librairie la Fraternité de l’Anneau, à cette occasion Tolkiendil, Elbakin et Tolkiendrim ont interviewé ensemble Vincent Ferré. Directeur de la collection Tolkien pour les éditions Christian Bourgois.

Une interview particulièrement intéressante pour en savoir plus sur cette nouvelle traduction, attendue depuis si longtemps.

Une interview qui débute en revenant sur l’histoire des publications des œuvres de Tolkien en France, des lacunes de la première traduction jusqu’au projet des éditions Bourgois de traduire l’ensemble de l’œuvre de J.R.R Tolkien.

Bien sûr le cœur de cet entretien sont ces nouvelles traductions qui ont tant fait parler d’elles dans la communauté des fans de Tolkien. L’occasion pour Vincent Ferré d’expliquer les raisons de cette retraduction, des projets de révisions passés jusqu’au travail récent de Daniel Lauzon sur Le Hobbit et Le Seigneur des Anneaux. Avec un chapitre particulièrement intéressant sur la genèse de cette retraduction, au départ un simple relevé des coquilles de la première traduction en comité réduit sur des forums communautaires.

Inévitablement, le sujet épineux des noms propres est abordé, on passera sur les problèmes légaux pour se concentrer sur le véritable intérêt de cette nouvelle nomenclature. Respect des consignes laissées par Tolkien, précision du sens et recherche de l’euphonie.

Un bon moyen pour mieux comprendre le travail effectué et comment il a été réalisé, qu’elles ont été les méthodes de Daniel Lauzon pour produire une traduction la plus fidèle possible. Avec le souci de ne jamais rompre l’esprit du compte de fée selon Tolkien.

Pour compléter je vous laisse aller lire ceux qui en parlent mieux que moi en particulier l’article de Foradan pour Elbakin. Ou encore les forums communautaires de Tolkiendil, JRRVF ou encore Elbakin. Sans oublier Tolkiendrim qui a publié une série d’articles sur le sujet, on imagine aisément qu’il y en aura d’autres. Vincent Ferré et Daniel Lauzon étant très accessibles, ils n’hésitent pas à répondre sur ces forums.

Vous trouverez aussi sur Tolkiendil une compilation des extraits publiés de la Fraternité de l’Anneau:

Et le sommaire:

Pour terminer, rendez vous ce soir 21h sur le canal IRC de Tolkiendil pour discuter autour de cette nouvelle traduction, on reparlera de l’interview à cette occasion.

10 Commentaires

  • Manhiks Commenté le 4 octobre 2014 Répondre

    Ahhhhhhh impatience! J’attends mon exemplaire avec nervosité et je me retiens de trop lire a son sujet. Mais cette vidéo attise encore un peu plus ma curiosité.

    Je ne veux pas affoler les fans non plus, mais sachez que beaucoup de vendeurs sont déjà en rupture de stock, y compris Amazone. J’ai eu confirmation de l’expédition de mon exemplaire hier soir.

  • Pruna Commenté le 4 octobre 2014 Répondre

    ~

    Oui bouhou, Amazon en rupture de stock le jour même, c’est dire…

    Grosse impatience ça c’est sûr, je suis pressée de (re)découvrir les aventures de Frodo Bessac de Hobbitville :)

  • Manhiks Commenté le 8 octobre 2014 Répondre

    livré ce jour, p 199 ;  »

    9

    À l’enseigne du Poney Fringuant

    Brie était le principal village du Pays-de-Brie, petite région habitée telle une île au milieu des terre vides qui l’entouraient. En plus de Brie proprement dit, il y avait le village de Raccard de l’autre côté de la colline, celui de Combe dans une profonde vallée un peu plus à l’ouest, et celui d’Archètes à l’orée du Bois de Chètes. Autour de la Colline de Brie et de ses villages s’étendait une région de terres cultivées et faiblement boisées d’à peine quelques milles de larges. »

    Beh, j’suis content moi, c’est bien digeste, me semble même plus digeste.

    Cordialement,

    Manhiks Lèvecoude

  • Evonia
    Evonia Commenté le 10 octobre 2014 Répondre

    Une petite question : les deux traductions vont-elles coexister ? Ou l’ancienne est-elle destinée à disparaître lentement ? (Même question pour le Hobbit).

    • Edward
      Edward Commenté le 10 octobre 2014 Répondre

      Les deux coexisteront pour au moins un bout de temps. Jusque là il n’a jamais été question de faire disparaître l’ancienne. Ni pour le SdA ni pour Le Hobbit

      • Evonia
        Evonia Commenté le 13 octobre 2014

        Merci pour ta réponse ! :-)

  • Peperrin Commenté le 26 octobre 2014 Répondre

    Omg les extraits..
    Bilbo Bessac, Hobbiteville..ça craint.
    Brie, Raccard, Archètes ? T’es sérieux Manhiks ? Il a fumé le traducteur sérieux..
    J’ai l’édition du gros livre à couverture rouge, j’vais garder celui là x)

    • Edward
      Edward Commenté le 26 octobre 2014 Répondre

      Une traduction ce n’est pas que des noms propres hein. C’est a peine si c’est la partie visible de l’iceberg, juste la pointe.

      Ce qui est vraiment important, ce qui compte le plus, c’est le ton, la fluidité du texte, le registre.
      Pour se rendre compte de la qualité de cette traduction comparé à l’ancienne il faut la lire avec un œil nouveau, sans porter toute son attention sur les changements de noms.

      Et une fois lu, ça saute aux yeux. Les premiers chapitres dont on entend souvent dire qu’ils ont été une barrière pour le lecteur qui n’a pas réussi à aller plus loin, ne le sont plus.
      Les chansons et autres poèmes qui étaient lu péniblement, ont maintenant une véritable musicalité, un rythme comme il se doit, même si pour le coup la traduction littérale en prend un coup.

      Au passage, si tu avait fait ta découverte du Hobbit avec ces noms que tu dénonces, ce sont les noms de Bree, Staddel et Archet que tu trouverait mauvais.

      Du reste, ils ont pas été choisi au hasard juste pour faire jaser. Il faut plutôt remplacer la séance de fumette par une séance de documentation, de toponymie, et d’étymologie du vieil anglais et du vieux français pour trouver la raison de ces nouveaux noms.

      Bree signifie colline en langue celtique. Et Brie, si il rappelle le fromage, vient de briga qui désigne une hauteur fortifiée en gaulois. On comprend mieux le lien entre Bree et Brie maintenant.
      Il en vas de même pour Staddle == Raccard, Staddle venant d’un mot en vieil anglais pouvant avoir le sens de cabanon, une sorte d’abris de jardin, ça tombe bien parce que dans les régions montagnardes autour de la France on a le terme Raccard qui désigne précisément ce type de petites constructions.

      Tout ça finalement pour marcher dans les traces de Tolkien, en prenant un grand soin à choisir correctement le bon nom, en s’appuyant sur les vieilles langues et les toponymes. Et puisque cette fois c’est possible, en suivant les consignes laissées par le professeur.

      Bref, non ça ne craint pas. C’est même tout le contraire.

  • Peperrin Commenté le 27 octobre 2014 Répondre

    Je veux bien te croire. Je n’ai pas acheté le livre, j’ai déjà une version chez moi, et ça me suffit amplement dans le sens que aucun chapitre ou quoi que ce soit m’a rebuté, à part les poèmes peut-être. Je me vois pas acheter plein de versions d’une même oeuvre. Mais pour en revenir aux noms communs, ça fait justement trop village français…et j’aime pas. Après, chacun ses goûts :)

    • Edward
      Edward Commenté le 27 octobre 2014 Répondre

      Chacun ses goûts oui, ça je comprend. Mais c’est pas une raison pour dénigrer le travail d’un homme. D’autant qu’il s’agit de respecter les consignes laissées par Tolkien.

      Et Tolkien dit bien qu’il faut traduire les noms en essayant de retranscrire leur sens « anglais » dans la langue cible. Ça a pour effet de franciser les noms propres, c’est le but.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : * La limite de temps est dépassée. Please reload CAPTCHA.

%d blogueurs aiment cette page :
Aller à la barre d’outils