À son réveil Frodon était dans un lit bien confortable, dans une pièce qui l’était tout autant. Un peu perdu, encore à demi endormi, il se demanda à voix haute où il était et quel jour il était. “Dans la maison d’Elrond, et c’est le matin du 24 octobre” c’était la voix de Gandalf, qui veillait là assis un fauteuil près du lit.

Frodon fût heureux de le retrouver, et aussitôt un flots de questions arrivait à son esprit, tant et si bien qu’il fût totalement réveillé. Gandalf répondit à ses questions sans vouloir rentrer dans les détails. Il avait été retenu prisonnier l’empêchant de retrouver Frodon à son départ de la Conté. Tout le monde était sain et sauf, la crue du Bruinen avait emporté les Neuf servants de l’Anneaux. Poussés à l’eau par Glorfindel, Aragorn et les trois hobbits brandissant du feu.

La Dernière Maison Simple, au creux de la vallée d'Imladris

Il avait pût être soigné à temps par Elrond, le seigneur de ces lieux, sage et puissant parmi les elfes. Un éclat de la lame de Morgul avait été retrouvé logé dans son l’épaule. D’après Gandalf quiconque aurait eût vite fait de disparaître totalement, basculant sous forme de spectre soumis à la volonté du Seigneur Ténébreux. Mais Frodon lui avait montré là une résistance hors du commun, gardant en lui ce maudit éclat dix sept jours entiers !

Après avoir été mis au fait, Frodon se rendormi pour la journée et se réveilla le soir, à l’heure du repas. Il quitta son lit, s’habilla et au moment de se diriger vers la porte Sam rentra. Heureux le jardinier de revoir son maître et ami, debout et avec une bonne mine. Et Sam mena Frodon à travers les couloirs et escaliers de la Dernière Maison Simple. Il retrouva très vite Pippin et Merry avant de se diriger vers une grande salle de banquet.

Au bout de la table se tenait Elrond et à ses cotés Glorfindel et Gandalf. Tout autour de la table, des elfes heureux et joyeux. Et à coté de Frodon un nain à la longue barbe blanche. C’était là Gloïn, le même qui avait accompagné Bilbon sous la Montagne Solitaire bien des années auparavant. Aussi ils eurent une bonne conversation tout les deux, le nain se faisant une joie de raconter à Frodon tout ce qui avait pu se passer entre la reconquête d’Erebor et ce jour.

Après le repas, tous allèrent dans la Salle du Feu, où lors des grandes occasions maints chansons et poèmes sont donnés. C’est là que Frodon pût retrouver son vieil oncle Bilbon. Qui avait bien changé au demeurant. Préférant la solitude et ses pensées aux réjouissances d’un banquet royal. Tout les deux se retrouvèrent longuement, les nouvelles de la Conté ont pris une bonne partie de la nuit à être racontées. Alors il fût temps pour Frodon d’aller se coucher, demain il faudra se lever tôt.

Le lendemain Frodon se leva de bonne heure, il avait à peine entamé une petite promenade quand il tomba sur Bilbon et Gandalf discutant sur un banc de pierre. À ce moment même une cloche sonna clairement. “Voilà le signal du Conseil d’Elrond” Dit Gandalf. Conseil où Frodon et Bilbon étaient convoqués.

Frodon fût installé prêt d’Elrond, et il fût présenté à l’assistance. Et l’inverse fût aussi fait. Il y avait du monde, Gloïn était là accompagné de son fils Gimli. Des elfes autres qu’Elrond étaient là aussi, il y avait Erestor conseillé d’Elrond, et Galdor émissaire des Havres Gris envoyé par Cirdan le Charpentier. Il y avait aussi un elfe étrange vêtu de vert et de brun, Legolas, fils du Roi Thranduil des elfes de la Forêt Noire du Nord. Un peu à l’écart se tenait aussi un homme de haute taille, au visage noble et au regard fier et grave. Boromir venait tout juste d’arriver du sud et ses vêtements bien que richement ornés étaient encore défraîchis par le voyage.

Les évènements du monde furent discutés, l’ont apprit qu’un messager du Mordor était venu aux portes d’Erebor et de Dale et qu’une armée se préparait à assaillir les frontières orientales du royaume du Roi Brand. Elrond raconta toute l’histoire de l’anneau, du moment où il fût forgé, et des anneaux de pouvoirs et de la guerre des Elfes contre Sauron, avant même la fondation du refuge de Fondcombe. Puis de la Dernière Alliance des elfes et des hommes, et de Gil-Galad et Elendil. D’Aiglos et de Narsil victorieuses sur les pentes de l’Orodruin où Sauron fût renversé. Mais où l’anneau ne fût pas détruit.

Après qu’Elrond eût fini de raconter l’histoire du Troisième Age dans sa longueur, terminant sur le Gondor luttant toujours façe au Mordor, Boromir se saisit de la parole et en dit plus long encore sur les derniers évènements et les dernières avancées de l’ennemi. Sur le Haradrim et  sur la venue du Roi Sorcier d’Angmar. Boromir venait chercher conseil auprès d’Elrond, il venait en apprendre sur l’épée qui fût brisée et sur le Fléau d’Isildur.

Aragorn se leva alors et jeta les deux morceaux de son épée au centre de la table. “Voici l’épée qui fût brisée” Dit il. Boromir questionna ce qui n’était encore à ses yeux qu’un maigre Rodeur. Elrond révéla alors l’identité d’Aragorn, il était le descendant d’Elendil, et portait encore sur lui l’épée de son ancêtre, celle qui fût brisé et qui ôta l’anneau du doigt de Sauron.

Et sur ces mots Frodon fût commandé par Gandalf de montrer l’Anneau Unique, le Fléau d’Isildur. Et Bilbon raconta son histoire et comment il avait trouver l’anneau dans les mains d’une créature du nom de Gollum, puis ce fût au tour de Frodon de raconter l’aventure qui le mena jusqu’à Fondcombe. Enfin Gandalf raconta tout le reste, comment il pouvait certifier de la valeur de l’anneau, comment l’ennemi avait apprit sa découverte, la trahison de Saroumane chef de l’Ordre des Magiciens et comment il fût tenu captif.

Puis il fût discuter du sort de l’anneau…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *