Frodon et ses amis arrivèrent à Bree alors que les étoiles étaient déjà bien présentes dans la nuit. Arrivés devant la porte ouest alors fermée, le gardien se leva avec une lanterne pour s’enquérir des visiteurs du soir. Le vieux gardien se devait de poser des questions avant d’ouvrir la porte, il était tard, et les rumeurs qui se raconte au Poney n’étaient pas rassurantes.

Nos quatre hobbit ne dirent rien au gardien, seul Merry donna son nom pour accommoder le gardien, ni plus ni moins. Et cela suffit au gardien qui les laissa passer, avant de refermer la lourde porte derrière eux.

Les hobbits se dirigèrent alors vers l’auberge, tandis que le gardien retournait dans sa petite maison. À ce moment là une sombre forme escalada la haute haie qui cerclait le village et disparu par la suite dans l’ombre des ruelles. Personne ne la remarqua.

L'auberge du Poney Fringant vous attend

Sam montra quelques menues réticences à l’idée de dormir à la mode des Grandes Gens, il faut dire que l’auberge était assez imposante, pour un hobbit qui n’était jamais sorti de sa Comté. Mais cela ne dura pas, et nos quatre hobbits gravirent les larges marches qui menaient à l’entrée de l’auberge.

Après avoir été accueillis par Prosper Poiredebeurrée puis installés dans un petit salon à l’écart, Frodon, Sam et Pippin décidèrent d’aller se mêler à la foule dans la grande salle. Elle était particulièrement bondée d’après Prosper, et une large variété de personne y s’amusait, des hommes et des hobbits du coin, mais aussi des étrangers venant du sud et même une poignée de nains.

La soirée avançant, nos hobbits étaient devenus particulièrement joyeux, la bière était bonne et l’assistance plutôt accueillante, même au yeux de Sam. Aussi très vite Pippin commença à raconter des histoires afin de donner des nouvelles de la Comté. De son coté Frodon remarqua une personne à l’air étrange, encapuchonnée, dans un coin sombre, comme dissimulée. Figure qui à son tour remarqua Frodon et lui fît un geste pour lui demander de s’approcher.

Frodon alla s’asseoir auprès de l’homme, qui se présenta sous le sobriquet de Grand-Pas. Frodon lui donna son nom d’emprunt Soucolline. Et bientôt Grand-Pas lui signala que Pippin était sur le point de fournir à la foule quelques détails possiblement dangereux. En effet, le Touque était en train de raconter le départ de Bilbon, et il aurait vite fait de parler de l’anneau sous l’effet de l’engouement de la foule conjugué à celui de la bière. Frodon sauta sur une table au centre, et se mit à chanter bien fort pour attirer l’attention sur lui et couper court à l’histoire de Pippin.

La chanson eut un tel succès qu’il la répéta une seconde fois, caracolant sur la table entre les pots et les bocs. Tant et si bien qu’il glissa pour chuter lourdement au sol dans un fracas de vaisselle et sous les yeux ébahis de la foule, il avait disparu !
L’anneau s’était retrouvé à son doigt d’une manière que Frodon avait du mal à s’expliquer. Et la salle se mit à jaser, certains hommes du sud s’en allèrent complotants, d’autres de leur coté avaient plus l’air de s’enfuir. Et Frodon réapparu près de Grand-Pas.

“Pourquoi avez-vous fait cela?” Dis Grand-Pas avant d’enchaîner sur un “s’il vous plaît, monsieur Sacquet, j’aimerais avoir un entretien tranquille avec vous.” Frodon ne releva pas l’usage de son véritable nom et accepta. Grand-Pas savait visiblement bien des choses. Quelques instants plus tard Frodon, Sam et Pippin retournèrent dans leur petit salon privatif, Grand-Pas les ayant suivi de prêt, il pût avoir l’entretien qu’il demandait.

Mais Merry n’était plus là, et très vite Poiredebeurrée apparût à son tour à la porte du salon. Il avait pour Frodon une lettre. Une lettre de Gandalf qui aurait dût lui être remise des mois auparavant mais que le vieux tenancier avait fini par oublier. Prosper envoya un de ces assistant à la recherche de Merry puis quitta la pièce. Et les trois hobbits reprirent leur entretien avec Grand-Pas.

La lettre les avaient rassurés quand à son propos, Grand-Pas était un ami de Gandalf, de son vrai nom Aragorn et il devait les accompagner jusqu’à Fondcombe. Aussi Grand-Pas les suivait depuis leur arrivé sur la route de l’ouest, c’était lui l’ombre qui passa outre la haie de Bree.

Un peu plus tard, Merry et Nob l’assistant arrivèrent en courant dans le salon, il s’était passé d’inquiétantes choses au dehors. Nob ayant retrouvé Merry évanoui non loin de la porte sud du village.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *