Fondcombe ne pouvait être un endroit où cacher l’Anneau, pas plus que les Havres Gris ou Caras Galadhon. Il fût question de passer l’Anneau à Bombadil, mais c’était là aussi une mauvaise idée. Tom Bombadil étant étranger au monde qui l’entoure il n’aurait pas considéré l’Anneau avec toute l’importance requise et aurait tôt ou tard fini par le perdre. Le jeter à la mer n’était pas non plus une solution, là aussi tôt ou tard l’anneau aurait fini par retrouver son maître. Seul sa destruction aurait un effet définitif, mettant un terme une bonne fois pour toute à la menace exercée par Sauron.

Alors il fallait mener l’Anneau là où il avait été forgé, dans les forges sous le Mont Orodruin, la Montagne de Destin. C’est à dire au cœur même du Mordor, royaume du Seigneur Ténebreux. Un instant Bilbon se proposa, après tout c’est lui qui l’avait trouvé. Mais entre temps le fardeau avait changé d’épaule, et Frodon se proposa d’être le porteur de l’Anneau. Naturellement il ne pouvait être seul aussi Elrond décida qu’il faudrait une communauté de neuf compagnons. Mais il ne partit pas aussitôt. Frodon passa deux mois au calme à Fondcombe, le temps que des éclaireurs partent et reviennent afin de déterminer la route la plus sûre.

Les étendues sauvages de l'Eregion, au pied du Caradhras

C’est donc au début de l’hiver que la Communauté de l’Anneau fût formée autour de Frodon. Gimli représentera la raçe des nains, Legolas celle des Elfes, Boromir celle des Hommes, avec Aragorn dont le destin était proche de celui de l’Anneau. Sam sera lui aussi du voyage ne pouvant se résoudre à laisser son maître. Et il en fût de même pour Pippin et Merry. Enfin Gandalf leur procurera la sagesse et l’intelligence nécessaire à une tâche de cette ampleur. Les Neuf compagnons étaient donc choisis.

Les tronçons de Narsil, l’épée qui fût brisée, fûrent reforgés, et Anduril la flamme de l’Ouest naquis. Ce fût là tout l’armement qu’emporta Aragorn. Frodon reçu de son oncle Dard et une côte de maille en mithril qu’il avait reçu en cadeau de Thorin. Et ils partirent tous, légèrement équipé, car la réussite de la mission résidait dans le secret et la rapidité.

La route fût prise à travers la Haute Lande jusqu’au Gué du Bruinen, puis bifurqua vers le sud le long de la rivière. Et jusqu’en Eregion. La traversé de ce pays depuis bien longtemps déserté ce fît exclusivement de nuit, pour éviter le regard des espions de l’ennemi. Il n’y avait guère d’autre crainte à avoir, les Cavaliers Noirs avaient perdu leur moyen et devaient être retournés en Mordor.

Chaque jour les hautes montagnes de la chaîne des Monts Brumeux semblaient plus proches. Et Gimli eût tôt fait de les reconnaître, Baraz, Zirak et Shathûr tel était leur nom dans sa langue. Celebdil la Pointe d’Argent, Fanuidhol la Tête couverte et Caradhras la Corne rouge ou Rubicorne. Les plus hautes montagnes de la Terre du Milieu. C’était la direction de la Communauté, Gandalf avait l’intention de passer le Col du Rubicorne pour se retrouver de l’autre coté des montagnes, dans la Valée des Rigoles Sombres. Mais il était encore trop tôt pour prévoir la suite.

Les Neufs mirent deux jours de plus pour atteindre les premiers escarpements de l’escalade qui devait les mener au col du Caradhras. Leur progression sur les flancs de la montagne fût très difficile, alors qu’ils ne s’était à peine élevés au dessus des collines une tempête de neige les frappa. Précocement selon Aragorn qui ne s’attendait pas à en voir une à si basse altitude. Ils poursuivirent laborieusement leur avancée, il était minuit passé et les hobbits avaient bien du mal à avancer dans les hauteurs de neige quand la tempête redoubla d’intensité. Et bientôt tout le monde fût pour ainsi dire immobilisé, même les plus forts.

La Communauté fût donc forcée de faire halte. Des grondements sourds les environnaient, ont pouvait entendre des rochers dévaler des pentes au dessus, et des voix sinistres se laissaient discerner entre les sifflements du vents. Les hobbits étaient frigorifiés, il fallait faire un feu mais le vent les en aurait empêcher. Aussi Gandalf dût avoir recours à sa magie et en un mot il fît jaillir les flammes sur un petit fagot de bois. C’était bien à contrecœur car un tel acte aura fini de signaler leur présence aux yeux de tous. Le foyer tenu jusqu’à l’arrivé des premières lueurs de l’aube, à ce moment là la Communauté dût se résigner, le Col du Caradhras leur était interdit et ils devaient rebrousser chemin.

Le même jour au soir, ils étaient redescendu dans la combe où ils avaient entamé l’ascension la veille. Ils devaient se reposer, mais avant cela prendre une décision sur la suite. Le Col du Rubicorne leur était fermé. Plus au sud la Trouée du Rohan était certainement trop proche de l’influence d’Isengard et bien trop dangereuse. À l’évocation du troisième chemin tout le monde fût terrifié. La route de la Moria était belle et bien la seule possible, aussi terrifiante fussent elle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *