Comme prévu Turbine a diffusé un second morceau de la bande son des Cavaliers du Rohan. Cette fois ci il s’agit de la musique qui sera entendue lors de la dernière bataille de Boromir.

[youtube=http://www.youtube.com/watch?v=IJmkwQSDDUU]

Toujours composé par Chance Thomas, ce dernier accompagne ce morceau d’un petit texte descriptif, dont voici la traduction:

“Ce morceau a été composé pour accompagner l’instance en jeu de Boromir, avec les joueur incarnant le rôle de Boromir alors qu’il combat les hordes de Ourouk Haï dans une tentative désespérée de sauver MErry et Pippin.

Boromir a sa funeste faille, comme nous le savons tous. Mais ce n’est pas le sujet de ce morceau. Cette musique est sur ce qu’il y a de plus noble chez Boromir, déterminé et puissant. Fortes percussions, chœur épique, cadences soutenues et cuivres puissants, tous contribuent à un sentiment de force et d’inébranlable.

Après le chant des chœurs, le thème du Gondor fait son apparition finale dans cette extension. C’est une version résignée et quelque peu nue (signifie que l’arrangement se dissipe considérablement) pour souligner l’absolue solitude de ce grand guerrier dans son combat final. Il se répète avec une touche de désespoir (trompettes et cordes aigües) avant de s’abandonner à la puissance brute des cuivres bas et irréguliers alors que la bataille se déchaîne vers son infâme conclusion.

Si cela vous intéresse de savoir ce que le chœur chante. Les paroles sont en vieil anglais, traduites pour moi par le maître du savoir de chez Turbine Chris Pierson son inspiration pour tout choses anglo-saxonnes, le professeur Michael Drout du Wheaton College. Le chœur chante: Arë! Thrymnes! Fréot! Maegen!La traduction donne: Gloire! Honneur! Liberté! Puissance!Ce sont là les vertus sur lesquelles le Gondor a été construit et auxquelles Boromir se raccroche jusqu’à son dernier souffle.”

Voilà qui est dit. Nous aurons à incarner Boromir lors de la bataille d’Amon Hen. Un des moment les plus épique et dramatique de la trilogie. Ce qui devrait satisfaire les fans et les amateurs d’action pure.


7 Commentaires

  1. Hum ? Encore une instance en session play ou nous sommes voué à la mort, me rappel la moria tout ca…
    Boromir m’énerve tellement dans le bouquin que je suis pas sur survivre suffisamment longtemps pour finir cette partie de la quête épique :)

  2. Ahhh crotte c’est pas ça que je voulais envoyer vive le bug de l’explorateur… hum je reprend… Donc je trouve que le film n’a pas bien rendu hommage à Boromir qui est un personnage plus complexe à mon sens qu’un colérique de base (je caricature un peu le Boromir du film mais c’est l’idée). Pour ma part je vois ce personnage comme une véritable résurgence de l’âme d’Isildur (personnage que j’apprécie beaucoup aussi et qui a été encore plus massacré que Boromir dans le film au passage) tant dans ses bons côtés que dans ses mauvais. On reconnait la gloire et la noblesse. Mais il y a aussi en lui la soif d’une gloire encore plus grande qui le mènera finalement à sa perte. Vraiment beaucoup de choses en Boromir rappellent l’histoire tragique d’Isildur. Même pour ce qui est de la stature on remarque des similitudes. Enfin tout ça pour dire au final que Boromir est à mon sens un personnage parmi les plus intéressant du livre et sa mort, même si elle est finalement inévitable de par son destin semblable à celui d’Isildur, est assurément déchirante.

    Avatar Aeliunwe
  3. Mouais… peu pas blairer ni l’un ni l’autre… pas parce que tu es un grand et noble guerrier que tu dois te comporter comme un sonnard (oui comme dans les sous marin) le reste du temps… Un paire de baffe quandi ils était gamins s’aurai pas été du luxe…

    Enfin je pense que je les aime pas et que c’est plus un ressentit qu’un truc que je pourrai expliquer vraiment…

  4. Il ne faut pas oublier la forte influence de l’anneau pour l’un et l’autre ainsi que les périodes de grands troubles où ils vivent. Tout deux sont des personnages au fort caractère, or ce trait, qui est plutôt bénéfique en période de guerre et de doute, se retourne contre eux avec l’anneau qui a souvent tendance à influer ce genre de personnages passionnés. Mais peut-on réellement considérer la passion comme un trait négatif ?

    Ce sont deux personnes que je pense profondément bonnes mais que l’influence de l’anneau à fait faillir. Ça n’en fait pas pour autant des faibles car même Gandalf qui est un être supérieur aux humains et avec une volonté probablement très forte redoute l’anneau. Il ne faut par exemple pas oublier qu’Isildur a sauvé les graines de l’Arbre blanc de Númenor presque au prix de sa vie. Qu’il a également combattu les orques, qui l’ont assailli pendant de longues journées, en voyant mourir ses fils, avant qu’il ne soit certain que tout était perdu et qu’il devait tenter d’éviter que l’anneau ne passe aux mains des orques.

    L’histoire de Boromir est moins détaillée sur son passé mais son dernier combat prouve aussi que c’est une personne d’un grand cœur en protégeant Merry et Pippin.

    Après oui on peut juste ne pas aimer les personnages mais ça me choque un peu de voir de la haine contre eux. Ce sont simplement des humains qui ont leurs qualités et leurs défauts, comme tout le monde en fin de compte, c’est ça qui les rends, à mon sens, vraiment intéressants.

    Avatar Aeliunwe
  5. Je dirai pas mieux, j’aime beaucoup Boromir aussi. Et Faramir encore plus.

    Et oui tout ça c’est pour bien montrer l’un des trait des humains, ils sont corruptibles, même les plus nobles.

    Chaque peuples à son fardeau a porter. sauf les hobbits :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *