Je sais pas vous mais moi j’avais hâte d’entendre ce nouveau morceau de la bande son des Cavaliers du Rohan depuis l’annonce de hier.

[youtube=http://youtu.be/LiEoUiEh6uQ]

Voici donc LE thème du Rohan, le morceau censé incarner l’âme de ce pays. Pas une mince affaire tant l’image qu’il véhicule est forte et a laissé une forte impression à tout les lecteurs.
Je vous laisse juger de la réussite ou non de l’entreprise. Mais voici les mots du compositeur Chance Thomas qui accompagnent ces 3’25 de musique.

Jamais je n’oublierai la première fois où j’ai entendu le refrain d’Howard Shore pour le Rohan, en 2002 dans Les Deux Tours. Comme la mélodie du violon Hardanger (ndr: violon du folklore norvégien) résonnait à travers la salle, je me trouvais totalement hypnotisé. C’était le Rohan de mes rêves, soudainement il trouvait sa voix dans la mélodie ! C’était éblouissant, intuitivement parfait. De tout les themes entendus du long de la trilogie de Peter Jackson, celui ci à véritablement résonné en moi.

Avance rapide de 10 ans. LOTRO me demande de créer un thème pour son Rohan, un thème nouveau et différent de celui de Shore. Quoi ? Comment se peut t-il ??? Le thème de Shore était si parfait dans les films. Le seul moyen que j’avais d’aborder un tel travail était de penser au Rohan en des termes plus vastes que ceux présentés par les films.

Comment définir plus largement le Rohan ? Une nation historique en déclin ? Un pays vacillant au bord d’une guerre ouverte ? Des références anglo-saxonnes avec des connotations médiévales ? Un peuple chaleureux, une tendresse individuelle et familiale, des triomphes et des tragédies, des pâtures et des royaumes, des hommes et des femmes déterminés, bien que méfiants et las ? Noblesse, espoir, tristesse et incertitude ? Oui, oui, oui, oui, et oui ! Tout ces choses intangibles doivent, d’une manière ou d’une autre, s’entremêler entre elles au travers d’un nouveau thème pour le Rohan.

C’est ainsi que ça commence. Le thème débute avec un violon classique joué dans le style du violon folklorique celte. Le mode initial est mineur, introduisant un ton sombre. La mélodie se meut sur les accroches d’appoggiature, si prévalentes dans la musique vieil-anglaise. Cela place le thème au cœur de la tradition du nord ouest européen, le nouant fermement aux sources des travaux de Tolkien.

D’autre intruments rejoignent le thème, incluant des sifflets d’europe, des flûtes basse et un Uillean (cornemuse irlandaise). Toutes ces couleurs viennent de l’Europe du nord ouest il y à plusieurs siècles, nous indiquant une fois de plus que le thème est contemporain à l’essor de la culture anglo-saxonne.

Les harmonies progressent en alternant entre les tonalités mineures et majeures, suggérant la lutte à venir des Rohirrim. Des mélodies en triplet contre une mesure 6/4 renforce par la suite cette résonance culturelle.

Au fur et à mesure que notre thème approche de son apogée, il y a une puissante inflexion triomphante vers un sentiment de victoire définitive. Et au moment de la résolution, bien que majeure, reste une faible résolution (allant même jusqu’à suspendre l’accord) laissant une fragile incertitude dans l’air.

Ces instruments et ces nombreux liens culturels font certainement “geek”. Mais ils sont insignifiant si l’air échoue à transporter les joueurs dans le Rohan de leur imagination alors qu’ils sont en train de joueur. En fin de compte, c’est l’épreuve de toute musique thématique, une épreuve que j’espère désespérément passer. Le temps et les avis nous le diront, si j’ai mené ma quête au triomphe ou à la ruine.


Chacun aura son avis sur cette musique, les goûts et les couleurs. Mais personnellement, je l’ai écouté tout le temps durant de la rédaction de cette article, et elle m’a inspiré véritablement. Je le sais parce que d’habitude mes traductions sont laborieuses, surtout sur un sujet (la musique) que je connait très mal. Mais cette fois ci s’est allé tout seul ou presque. Peut être est ce l’entrainement, c’est tout de même le sixième texte de Chance Thomas que je traduit là. Qui sait?

Mais j’ose, et je le clame haut et fort, ce thème du Rohan enterre celui d’Howard Shore, oui carrément. Bon j’exagère, mais  je vous le dit cette musique m’a inspiré et surement emporté un peu aussi. Elle décrit bien mieux selon moi le Rohan dans son entier. Mais encore une fois c’est un ressenti très personnel.

Ceci dit, si un musicien n’ayant pas séché ses cours de solfège passe par là, j’aimerai bien qu’il apporte un peu de lumière sur les termes techniques que Chance Thomas emploi: appoggiature, triplet, mesure 6/4… Et sur les instruments aussi. Histoire de leur donner un semblant de sens pour le non initié.
J’ai bien essayé de traduire en m’appuyant sur Wikipedia mais il n’en demeure pas moins que j’y pige rien et que par conséquent j’ai peur que ma traduction passe totalement à coté.


6 Commentaires

  1. Je comprend de quoi parle ce compositeur lorsqu’il dit qu’il est très dificile de faire quelque chose de mieux, de plus ouvert que le thème du rohan existant dans le film des deux tours…

    Je trouve qu’il a plutôt bien réussi bien que je trouve que la variation est trop importante entre le moment de doute et le moment de gloire…

    Selon la situation dans le jeu ça risque de vite m’énerver. En cas de guerre sur le globalRDC pourquoi pas, mais lorsque je serai en groupe avec mes confrères… Il n’y aura pas de place pour le doute !

  2. L’appogiature dans ce cas là est le fait de raccrocher une note extérieure au thème. Par exemple à la place de faire “do do do” tu va faire “do do-ré do”. Ça s’entend entre autre à 9s-10s sur la musique ça saute aux… oreilles ^^

    Le triplet (triolet en français) est la division d’un temps (l’unité de mesure en solfège) en trois.

    Pour ce qui est de la mesure en revanche mieux vaudrait que quelqu’un de mieux calé que moi en parle ^^

    Avatar Aeliunwe
  3. L appogiature est le bon terme et il s agit ici d appogiature harmonique servant a crée une dissonance volontaire.

    Pour le le triplet la traduction litéralle est en effet le triolet. Mais dans le texte, je pense que cela ce traduit par le terme “ternaire” qui vient contrasté avec la mesure 6/4 qui est un mesure binaire ( mesure peu répandu qui a pour but de se rapprocher d’une mesure ternaire ). cela dépend ensuite du temps fort voulu par l’auteur.

    Toute mesure à base de triolet est une mesure dite ternaire ex: “la valse”

    Merci pour l’article.

    Avatar bamakooil
  4. j’adore le morceau, si on pouver gliser dans l’oreille de turbine de sortir un recuille de partition je serai preneur.

    seul petit bémol, quand je l’écoute, je ne peut m’enpéché de pensé à certain thème de pirate des caraibes par moment.

    Avatar Dagscal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *