Elfyalwen continue de ponctuer notre été de ces charmantes poésies. Aujourd’hui des les premiers vers vous reconnaîtrez la Comté, une des nombreuses sources d’inspiration de nos artistes.


Dans cette contrée lointaine,
Là où la bière est préférée à l’eau pure,
Là où l’odeur des champignons et de ces tourtes est toujours présente.
Là où les animaux sont libres,
Là où les moulins à eau tournent sans cesse,
Remuant l’eau des lacs et rivières avec entrain.
Cette région où taverne rime avec plaisir,
Où les oiseaux peuvent librement se poser sur le bord des fenêtres.
Là où la nature rime avec terroir.
Je veux parler biensûr de la Comté.
Quand vos montures vous menent à ce lieu.
Quand vos carioles ramènent marchandises.
Poussées par les chevaux de fière allure.
Dont on entend souvent les sabots à travers
Les champs et les ponts de pierre, qui jalonnent cette terre.
Souvent à l’approche de ces trous bien méconnus des Grands Gens
Des poules viennent vous accueillir.
Des enfants vous prennent par la main,
Et une danse en rond commence
Sous une musique si joyeuse que le sourire
Se dessine sur votre visage bien éprouvé.
Vous êtes à présent dans un monde
Où innocence rime avec danse.
Où rire rime avec feux d’artifices.
Où tourte rime avec pommes.
Lait de pavôt, bière, et autres liqueurs,
Vous les trouverez à chaque carrefour.
Où partage rime avec jeux.
Où chant rime avec lyrisme.
Où bonheur rime avec fleur.
Terre de paix, terre de joie.
Ouvre tes portes, laisse-nous entrer.
Que nos pieds foulent la verdure.
Que nos âmes s’apaisent, que nos âmes jouissent
Des plaisirs de cette douce contrée.

Elfyalwen


Presse des Peuples Libres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *