Le week-end dernier, un évènement majeur venait secouer la gentille communauté du Seigneur des Anneaux Online. Le grand festival de musique mondialement connu Weatherstock ! C’est un peu l’équivalent de Coachella mais en Terre du milieu.

Weatherstock VII

Et cette année, nos amis les Chantefables ont pu se produire sur le fameux rocher au sommet d’Amon Sûl. Ce qui aura rendu cette 7e édition du festival toute particulière pour les nombreux fans du groupe que l’on trouve sur nos serveurs francophones, mais pas seulement parce que nos amis musiciens d’Estel et Sirannon ont su aussi se construire une base de fans sur Landroval au cours de ces deux dernières années.

Voici le compte-rendu de Weatherstock VII – Une nuit pleine d’étoile.

Comme les années précédentes, ça commence devant l’Auberge Abandonnée avec l’orchestre de la confrérie organisatrice The Lonely Mountain Band. Le temps que tout le monde se rassemble, la musique monte doucement en rythme, le nombre de spectateurs augmente et celui des FPS descend.

Weatherstock VII - A l'auberge abandonnée

Ce n’est que le début et les compteurs indiquent déjà plus de 300 visiteurs devant l’Auberge. Oui, cette année un logiciel est là pour compter les spectateurs, il aura suffi de lancer une emote pour être pris en compte. À la fin de la soirée ce seront pas moins de 945 visiteurs qui seront passés faire coucou aux artistes. Avec plus de 20000 emotes /encourager lancées au cours de la soirée. Le record des années précédentes est battu, sachez-le !

Weatherstock VII - ProcessionIl est temps de sortir sa monture et de se diriger au pas vers Amon Sûl, là le serveur commence à bien chauffer lui aussi et le lag s’installe. Mais il tient bon et tiendra bon jusqu’au bout de la soirée. Jusqu’à ce que deux énergumènes le fassent crasher volontairement avec leurs compétences de zones.

La compétition est sur le point de commencer, la tension monte chez les premiers groupes à passer. On les voit déjà se positionner derrière le rocher, alors que The Lonely Mountain Band a ressorti ses instruments pour jouer l’hymne 2015 de Weatherstock.

[soundcloud url=”https://api.soundcloud.com/tracks/213546090″ params=”auto_play=false&hide_related=false&show_comments=true&show_user=true&show_reposts=false&visual=true” width=”100%” height=”150″ iframe=”true” /]

Runic Knight Orchestra

Weatherstock VII - Runic Knight OrchestraLa formation en est à son quatrième Weatherstock, c’est dire si ce sont des habitués. Malheureusement pour eux, jusque-là ils n’ont jamais rien remporté. Pourtant leurs prestations sont toujours aussi agréables à écouter. Leurs rythmes soutenus et leurs percussions bien présentes pour leur premier morceau auront permis de démarrer sur les chapeaux de roues cette nouvelle édition de Weatherstock.

Après avoir joué leurs trois morceaux, tantôt enlevés, tantôt reposants ou enjoués (il y en avait pour tous les goûts) les RKO se retirent sous les vivats du public.

Les Chantefables

Pour leur première participation à l’événement, les Chantefables se sont mis à l’anglais avec une adaptation de leur répertoire. Il a fallu traduire les textes les plus emblématiques du groupe.

Weatherstock VIII - Les ChantefablesLe groupe se présente donc à leur public avec une première chanson qui raconte d’une façon romancée la genèse du groupe et les liens qui se sont tissés entre ses membres.

Pour le second morceau, c’est une douce ballade de hobbit, célébrant la douceur de vivre en Comté .Cette recette marche à tous les coups, les hobbits sont nombreux à sortir de la Comté pour Weatherstock.

Avec leur troisième morceau Les Chantefables reprennent, en adaptant les paroles, une chanson d’Indochine bien connue de nous autres frenchies, pleine d’énergie et d’entrain, juste de quoi mettre le feu au sommet d’Amon Sûl. D’autant que les deux nains du groupe, Thaltar et Zedrock, haranguaient la foule comme personne.

Pour conclure, c’est une autre chanson du patrimoine français qui passe à la moulinette. Un hymne à Weatherstock sur l’air de l'”Amérique”. Parfait pour quitter la scène sous les applaudissements du public.

A Rock and a Hard Place

Weatherstock VII - A Rock and a Hard PlaceAprès eux, ce sont de drôles d’accoutrements qui ont pris place sur le rocher ; chapeaux pointus et tuniques rose et verte, voici A Rock and a Hard Place. Encore des habitués de Weatherstock puisque eux en sont à leur 3e. Ils ont même gagné le prix des Peuples Libres l’année dernière.

Le groupe vient de Dwarrodelf, et leur chanteur a tout fait pour faire vivre leurs chansons, mais ces dernières manquaient de rythme à mon goût, enfin dans un festival comme celui-ci.
Exception faite de leur troisième morceau joué essentiellement au pibgorn, qui aura réussi à délier quelques jambes dans la foule.

Under the Sunlit Sky

Weatherstock VII -  Under the sunlit skyLe soleil se couche sur Amon Sûl, mauvais timing pour qu’Under the Sunlit Sky fasse son entrée, mais le crépuscule ne les empêchera pas de jouer leur musique.

Une première chanson au rythme très rapide, célébrant Weatherstock et toute l’excitation qu’on peut y éprouver, en particulier quand on est parmi les artistes.

Leur deuxième morceau, sans parole, entièrement instrumental donc, viendra un peu faire redescendre la température, ‘faut bien souffler de temps en temps n’est-ce pas.

Quant à leur troisième et dernier morceau, lui aussi instrumental, il donne envie de partir à l’aventure.

Starlight

Le prochain groupe s’avance sous la voute étoilée, eux arrivent a point nommé puisque leur nom est Starlight. Comme les Chantefables c’est là leur première participation à Weatherstock.

Weatherstock VII - StarlightIls commencent donc leur prestation avec une musique caverneuse aux sons graves et profonds ; on sent de l’influence naine dans ces notes-là. Pourtant il n’y en a qu’un dans le groupe.

Leur second morceau est une adaptation de “My Generation” des Who, à moins que mon oreille me joue des tours. Mais sans parole, simplement la musique.

Le morceau suivant, comment dire, je l’ai trouvé expérimental ; celui-là désolé mais j’ai personnellement pas accroché du tout et du coup je lutte pour trouver quelque chose à dire.

Et il en va de même pour leur dernier morceau. Je sais pas si ce sont des compositions originales ou des reprises, mais dans les deux cas il faut regretter l’absence de parole sur l’ensemble de leur prestation.

The Remediators

Sixième groupe à s’avancer au milieu de la foule, maintenant bien excitée, les Remediators arrivent avec leurs ritournelles.

Weatherstock VII - The RemediatorsJoyeuse, entraînante et aux sons légers comme l’air leur première chanson exprime la joie que l’on peut éprouver au sommet du Mont Venteux. C’est un thème qui aura été en vogue cette année.

Leur seconde chanson fera halluciner l’audience, puisqu’il s’agit d’une adaptation fort réussie de cette musique entêtante que l’on entend dans la Reine des neiges, “Libérée”. Vous voyez de quoi je parle. Et bien les Remediators lui ont collé des paroles qui racontent les aventures d’un maître du savoir dans les Landes d’Etten. Et le “Let it go” du refrain devient “Let it Lag”, magique !

Leur troisième œuvre est un chant de ménestrel destiné à revigorer et encourager les nombreux aventuriers luttant contre l’ombre. En particulier autour de Carn Dum. Une composition 100% originale si je ne me trompe pas.

Pour conclure leur passage, là encore le groupe aura su ravir les cœurs avec un hymne célébrant la tarte, mets favori de nombreux hobbits, phare de la gastronomie et apprécié de chacun.

Die Bunten Vogel

Weatherstock VII - Die Bunten VogelAvec les Die Bunten Voggel, on se la joue mediéval, avec une première chanson façon saga nordique, racontant la marche d’un scalde vers le Mont Venteux. C’est sa participation à Weatherstock.

La suite est du même tonneau, des sons profonds et rythmés pour une seconde chanson envoûtante en l’honneur des envoyés de Manwë, les grands aigles.

Troisième morceau, la dance des trolls. Un mouvement parfaitement retranscrit en musique puisque la lourdeur des pas illustrée par le bruit du tambour est parfaitement rendue. Un courte chanson, mais qui aura fait forte impression dans le public.

Ils quittent la scène sur une belle composition originale, toujours faisant la part belle aux percussions et à la cornemuse. Tout en remerciant le public en musique. Une bien belle découverte si vous voulez mon avis.

Die Meisterbarden von Bree

Le groupe arrive dans des conditions particulières puisque juste avant qu’il ait le temps de commencer, un guignol a cru malin de faire planter le serveur. Il aura fallu attendre pas moins de 40 minutes pour que tout rentre dans l’ordre et qu’ils puissent entamer leur show.

Weatherstock VII -  Die Meisterbarden von BreeLeur première chanson raconte l’histoire d’un jeune homme qui se lance dans la musique, cherchant à rejoindre les Maîtres bardes de Bree. Eh oui. Une bien belle chansonnette.

La seconde c’est l’histoire d’un instrument mal aimé. Le pibgorn. D’ailleurs pour ce morceau-là on en compte deux dans la formation. Il est mis à l’honneur comme il se doit. Pour le plus grand plaisir de vos oreilles, ou pas ?

Malheureusement, c’est juste avant d’entamer leur troisième morceau qu’un second guignol a à son tour voulu faire le malin ; second plantage serveur. Cette fois-ci il n’aura pas fallu attendre bien longtemps avant de voir tout le monde revenir. Mais ça reste très désagréable.

Bref, le groupe ne se démonte pas, et finira par jouer un quatrième morceau comme si rien ne s’était passé. Et le public ne manquera pas de les couvrir d’applaudissements. D’autant que cette dernière chanson, mélodieuse et enivrante, aura su calmer les esprits échauffés par tant de bêtise.

Le groupe aura même réussi à caser un cinquième morceau dans les 15 minutes qui leur étaient imparties. Enjoué et rythmé, à la fin de ce dernier tout le monde avait déjà oublié les deux trouble-fêtes.

Da Bugans

Certains d’entre vous les connaissent peut-être déjà puisqu’ils se sont produits sur Sirannon lors d’une soirée organisée par la Taverne Lèvecoude, et le moins que l’on puisse dire c’est que ces hobbits savent secouer leur public.

Weatherstock VII - Da Bugans !Les Da Bugans c’est une énergie sans pareil qui fait trembler le sol. On dirait pas vu leur petite taille mais ils en dégagent un max. Ils ne se laisseront pas impressionner par le fait qu’ils sont là pour la première fois eux aussi.

Et leurs chansons sont tournées du coté obscur de la force, ces bugans chantent à la gloire du Seigneur ténébreux et n’hésitent pas à ponctuer leurs chansons de quelques mots en orque. Brrrr.

Vous l’aurez compris, ce sont des métalleux. Des métalleux qui ne manquent pas de dérision puisque leur performance a été précédée d’une jolie scène comique, avec un chef qui rappelle à ses acolytes de ne rien faire brûler ou exploser, ou encore plusieurs faux départs, cherchant la bonne partition ou rafistolant leurs instruments.

Bref, on trouve de tout à Weatherstock et ceux-là personne ne les oubliera !

The Rolling Kegs

Ces nains-là nous viennent de Laurelin, et déjà l’année dernière ils s’étaient illustrés avec des chansons bien naines. Cette année, rebelotte, on remet sur la table les thèmes chéris du peuples de Durin.

Weatherstock VII - The Rollking kegsOn commence avec une drôle d’embrouille de nains un poil trop imbibés au Poney Fringant, le tout sur la musique de “Raspoutine” d’Abba, de quoi garder ça dans la tête un moment.

La suite ce sont quelques cordes d’une harpe qui vibrent en l’honneur de l’endurance des nains au combat, défendant leurs montagnes chéries. Dans cette belle ballade la harpe ne tarde pas à se faire accompagner d’une cornemuse. La recette est là si vous voulez embrumer les yeux de tout nain qui se respecte.

Amis nains, il est temps de sécher vos yeux, la troisième chanson doit faire surgir en vous un sentiment de vengeance, l’Ombre et la Flamme règnent toujours dans votre maison, cette chanson est là pour vous le rappeler.

C’est avec ces chansons venues des vastes salles sous la montagne que la compétition se termine. Bientôt nous aurons le nom des gagnants.

Les grands gagnants

L’heure est venue de déterminer les gagnants de cette septième édition de Weatherstock. D’abord en faisant voter les spectateurs pour le prix du Choix des Peuples Libres. Cette année cela s’est passé sur une page web, et au bout du compte ce sont les Remediators qui ont recueilli le plus de voix, suivis de près par The Rolling Kegs, et Die Meisterbarden von Bree. Les Chantefables accrochent quant à eux la 5e position.

Après le vote du public, c’est au tour des organisateurs de palabrer entre eux et de voter pour déterminer les gagnants de la coupe de la Montagne Solitaire. Et figurez-vous que là aussi ce sont les Remediators qui remportent le prix !

Weatherstock VII - Annonce

C’est la première année de mémoire de festivalier qu’un groupe remporte les deux prix. Ils ont tout raflé avec leur performance de haute volée. Déjà l’année dernière les Remediators avaient fait forte sensation mais étaient repartis les mains vides. Jolie session de rattrapage pour le groupe.

Les Chantefables repartent donc les mains vides. Mais bien déterminés à remettre ça l’année prochaine.

Un Weatherstock où les petits nouveaux ont dû affronter des groupes déjà expérimentés voire même récompensés. Et dans l’ensemble tous se seront bien débrouillés. On peut même dire que les anciens ont du souci à se faire. Ce n’est pas le moment de s’endormir sur ses lauriers.

Weatherstock VII - Le retour à Bree

Il est maintenant temps de prendre la route du retour vers Bree, où les festivités dureront encore une bonne partie de la nuit. Paraîtrait même qu’à 5h du matin on entendait encore de la musique dans les rues de Bree.

Si vous avez raté ça et que ce compte-rendu vous a mis l’eau à la bouche, vous pouvez revoir l’ensemble du festival sur Twitch où Andang a retransmis le tout, ou encore sur Youtube où Takeshi et Jeazzy, deux youtubeurs de la communauté FR, ont posté leur vidéo de 4h.

Vous avez aussi des milliers de captures d’écran sur internet. Sur notre page Facebook par exemple, ou encore sur ce blog, ou bien ici ou encore là. Et une dernière impression de la soirée en vidéo sur la chaîne LOTRO Horizons.

L’année prochaine vous serez là pour vivre tout ça en direct, car ni les vidéos ni les captures d’écran ne permettent de saisir l’ampleur de l’événement, l’épaisseur de la foule ou la consistance du lag. Ceux qui viennent pour la première fois sont toujours étonnés de voir autant de monde au même endroit, d’ailleurs chaque année la foule est de plus en plus grande.

D’ici là les occasions ne manqueront pas de retrouver vos musiciens favoris. Comme par exemple lors du Winterstock, organisé par la même confrérie en plein milieu de l’hiver cette fois.


10 Commentaires

  1. Merci beaucoup pour cet article Edward.
    Je n’ai pu participer à l’événement avec mes amis des chantefables, mais entre les pré-sélections et les derniers préparatifs, j’en garde un énorme souvenir.
    Vivement qu’on remette ça l’année prochaine,
    aller, Haut les chœurs les chantefable!!!!
    prochain rendez-vous, le Rockfest le we du 8 août…..

    Avalson
  2. Bravo le furet , c’est vrai que c’est tres complet et bien écrit , y’a tout c’qu’il faut savoir
    /bravo
    Le niveau était élevé donc c’était une super-soirée c’est clair
    merci à toi :D

    Lyan
  3. Génial, merci beaucoup Edward pour ce magnifique reportage!
    Merci aussi à tous ceux qui ont pu venir et tous ceux qui nous ont supporté.
    Nous avons en tous les cas passé un très bon moment et nous sommes très content en prime de notre prestation.
    Merci à tous !

    Louella Vertechant
    1. Je pourrait pas dire quelle comp a fait crasher. Ce serait une bulle de moral du GdR.

      Le truc je pense, c’est que rien que le fait de mettre une bulle a un joueur, le serveur doit gérer l’augmentation de moral de ce joueur, et la durée de l’effet. Deux informations qu’il doit propager à l’ensemble des joueurs présent autour de la cible de cette bulle.
      Ça commence déjà a faire un bon nombre de paquets à envoyer à tout le monde. Rajoute y le fait que le GdR a bullé plusieurs joueurs et tu multiplie le tout par 3 ou 4.

  4. Merci pour ce superbe article très détaillé !

    Une fois encore, je n’ai pas pu venir à cet événement. Dommage vu que j’avais fait il y a qq mois un personnage sur Landroval pour ce type d’évènement…

    Je croise les doigts pour pouvoir y aller l’an prochain.
    Par contre, je crois que Les Compagnons d’Infortune ne soient pas le type de groupes qu’on puisse rencontrer à cet événement, non ? Sinon, ça me ferait rêver de pouvoir y participer avec mes deux confrères !

  5. Merci au furet pour cette article très complet. N’ayant malheureusement pu y assister, j’espère de tout cœur pouvoir voir cela de mes propres yeux l’année prochaine.
    Félicitation tout de même aux Chantefables pour leur participation.

Répondre à Edward Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *