Foradan revient vers nous avec un nouvel article plein de chiffres et de bons conseils pour mieux faire face aux challenges rencontrés en Terre du Milieu.

Cette fois-ci, il s’agit d’analyser les différentes méthodes de défense pour un tank. La quantité de moral et les moyens pour conserver cette réserve et donc éviter de trop solliciter le soigneur du groupe.

Voilà donc un article à lire attentivement pour toutes les classes concernées. Vos instances ne s’en porteront que mieux.


Après avoir vu l’éventail des façons de faire du DPS, voici l’envers : comment contrer le DPS adverse ?
Et pour ceux qui veulent utiliser un plug-in pour améliorer leur technique, j’ai un exemple clé en main plus bas.

A partir d’ici, les statistiques pourront varier selon les classes, il suffit de lire l’infobulle en passant le pointeur de la souris. Les ressources citées proviennent de l’équipement, des vertus, des compétences et d’objets consommables.

Etape 1 : Avoir le moral

Il faut avoir du moral (+vitalité), suffisamment pour avoir le temps d’être soigné et ne pas disparaître en un coup => bonus nourriture + symbole d’espoir (chez votre cuisinier et votre bijoutier).

Etape 2 : Conserver le moral

Mais aussi se protéger (le meilleur moral, c’est celui qu’on ne perd pas) : réduction des dégâts physiques/tactiques + armure => parchemins d’érudit. Le maximum est déterminé par la classe d’armure (40% en léger, 50% en intermédiaire et 60% en lourd), sachant que le T2 requiert de compter 6750 points de plus que ce cap. Les compétences et traits peuvent augmenter le pourcentage au-delà du cap : on peut donc voir du léger à 48%, de l’intermédiaire à 92%, etc.

Et réduction des dégâts selon la source càc/distance/tactique => tome de défense + compétences spécifiques (la valeur reste à 0 mais l’infobulle indique le pourcentage).

À ceci, qui est le renforcement de la défense personnelle, s’ajoute l’affaiblissement de l’attaque adverse : une bonne défense contre une mauvaise attaque. Ce sont toutes les compétences affectant la vitesse et la force des attaques, leurs chances de rater et de critique, ainsi que la finesse (les cambrioleurs et maîtres du savoir, entre autres, sont vos amis).

Maintenant, la plupart des classes n’ont plus qu’à se concentrer sur leur rôle, leurs options de survie se limitant à se soigner le cas échéant.

Etape 3 : Ne pas perdre le moral

(le meilleur moral, c’est celui qu’on ne perd pas)

Mais pour ceux qui ont la tâche de concentrer la menace sur eux, le nombre d’attaques sera tel qu’il faudra faire plus qu’avoir du moral et une armure dessus, et c’est là qu’intervient l’évitement. Je vais en profiter pour illustrer comment fonctionne le plug in Combat Analysis (noté CA), car il peut faire apparaître « 50% de coup critique, 48.5% de coup réussi, 50% d’évitement complet » et prêter à confusion.

Pour les exemples suivants, il y aura différents types de 100% servant de repères dans le tableau de CA, je les indique ainsi : 100%a, 100%b, 100%c.

La totalité des coups sortants = 100%a (le nombre de flèches sortant du carquois pour ceux qui veulent des images).

Moins les coups ratés (les flèches qui tombent des mains) = 100%b (les coups ayant une chance de toucher).

Moins les coups évités complètement évités ou résistés (une flèche de poison peut être évitée et si elle touche, le poison peut être résisté) : ceux-ci constituent les coups réussis.

Les évitements et résistances sont exprimés en pourcentage de 100%b (sortants- ratés), les coups réussis sont exprimés en pourcentages de 100%a (les coups sortants).

Aux coups réussis il faut soustraire les évitements partiels (exprimés selon 100%b) pour obtenir une donnée non affichée par CA et que j’appelle les coups effectifs =100%c.

Ces coups effectifs sont constitués de coups normaux, des critiques et des dévastateurs (exprimés en pourcentage de 100%c).

C’est à ce moment-là que la défense critique intervient : si un critique représente 50% de plus qu’un coup normal (ça dépend des compétences), une défense critique de 50% met le coup critique au même niveau qu’un coup normal.

Sur les illustrations suivantes, on constate donc qu’avec 16 coups sortants − 2 évités − 3 résistés,  il y a 11 coups réussis − 2 évités partiellement, soit 9 coups effectifs : 1 critique, 2 dévastateurs et donc 6 normaux.

(100%a =16 ; 100%b =16 ; 100%c =9)

Combat Analitycs - Fauchecroc poison

Et qu’avec 103 coups sortants − 3 ratés − 50 évités,  il y a 50 coups réussis − 24 évités partiellement, soit 26 coups effectifs : 13 critiques, 1 dévastateur et donc 12 normaux.

(100%a = 103 ; 100%b = 100 ; 100%c = 26)

Combat Analitycs - Fauchecroc cac

Les coups effectifs (normaux, critiques et dévastateurs) et les coups partiellement évités seront les seuls à impacter l’armure et le moral et à requérir des soins : un taux élevé d’évitement réduit leur nombre, et un taux élevé d’évitement partiel réduit les possibilités de coups critiques.

A préciser que l’évitement se compose du blocage (de face), de la parade (de face au càc) et de l’esquive (de face et de dos) et peut valoir entre 20 et 25% pour chaque, soit un intérêt majeur pour le tank de faire face et au càc. Il va sans dire qu’une classe qui ne pourrait pas bloquer devrait chercher ailleurs comment compenser.

Résumons sur ce dernier exemple.

103 coups dont :

  • 3 ratés
  • 50 évités (affectés par blocage, esquive, parade)
  • 24 évités partiellement (affectés par la réduction des dégâts)
  • 12 normaux (affectés par la réduction des dégâts)
  • 13 critiques et 1 dévastateur (affectés par la défense critique et la réduction des dégâts)

Là vient un choix d’équipement : une fois l’armure à son maximum, vaut-il mieux augmenter son moral ou son évitement ?

Dans cet exemple, les 50 coups réussis ont une moyenne de 1512 pour un total de 75600.

Ce qui signifie que les 50 coups évités ont épargné 75600 points de moral (avec un évitement cumulé de 50%), soit 1512 pour 1% d’évitement. Autrement dit, 5% d’évitement équivaut à 7560 moral, le tank malin fera l’équilibrage entre moral et évitement, sachant qu’il y a des attaques qui ne peuvent être évitées, et d’autres qui frappent en pourcentage du moral maximum (que l’on ait 20 000 ou 60 000, on perdra X%).

Presse des Peuples Libres

La Presse des Peuples Libres est là pour vous offrir un espace d’expression libre, ouvert à tous. Vous pouvez l’utiliser pour faire passer vos messages, donner votre avis ou réagir à l’actualité du jeu ou plus largement de l’univers de la Terre du Milieu.
Retrouvez l’ensemble des publications de la Presse des Peuples Libres en suivant ce lien.


5 Commentaires

  1. Une fois de plus, un remarquable article qui devrait rester en évidence dans toutes les bonnes bibliothèques de la Terre du Milieu.
    Merci Foradan
    J’ai un faible particulier pour la résistance qui est parfois le seul moyen de faire cesser des effets (blessures/poisons/peurs/maladies) que l’on ne peut soigner. Comme la blessure de Justaucorps* dans la cité en ruine ou bien les plaques diverses et variées posées par des méchants pour nous faire déguerpir.

    *Je sais, ce n’est pas son vrai nom, mais je n’arrive jamais à m’en souvenir.

    sarago
  2. J’ai pris ces 2 exemples sur un même combat pour illustrer que parfois, on a 2 dévastateurs sur 16 coups, ou bien 1 dévastateur pour 103 coups.
    Parce que dans un cas, il n’y a que raté/résisté/armure avant le dégât.
    D’où l’intérêt d’être curieux et de chercher si telle attaque est plutôt tactique, évitable, en pourcentage de moral, et se préparer en conséquence.
    Jukotor par exemple, avoir ou ne pas avoir de résistance, ça peut changer la vie. Les plaques, ça dépend si c’est du BPMP (blessure/poison/maladie/peur) ou de l’acide/feu/ombre/froid…pour savoir si c’est résistance ou tactique qui est pris en compte (une blessure de feu sera impactée par les deux).
    Ce qui ne tue pas rend plus fort, mais savoir ce qui tue permet de se prémunir.

    Foradan
  3. Très bon article, très détaillé avec force chiffre à l’appui.

    J’avais déjà tenté d’utiliser Combat Analysis, à plusieurs reprises mais pour une raison qui m’échappe encore, je n’ai jamais réussi à le faire fonctionner. Toutes les stats restaient à 0 quelque soit la situation. J’ai du rater une étape mais je ne sais pas laquelle.

      1. C’est aussi ce que je me suis dit (du coup ça confirme que le problème vient bien de là) mais je l’avais réactivé sans que cela change quelque chose, mais j’ai du foirer la manip, j’étudierais donc cette voie la prochaine fois que j’arriverai sur Lotro (pour le coup c’est sur mon windows que j’ai foirer une manip…).

Répondre à sarago Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *