Nom : Janver Lavanture
Age : 22 ans

Vendredi soir, fin de service, dernier document rempli, dernier plastron forgé, vous vous dites ”ça y est, j’ai enfin mérité une bonne bière au Poney !”. Seulement en arrivant au pied des escaliers votre passage est bloqué par un nain qui vient tout juste de se faire violemment défenestrer sous vos yeux. Ce dernier se lève, fou de rage, retroussant ses manches, prêt à retourner en découdre à l’intérieur. Vous le suivez, curieux, et une fois dans l’auberge vous apercevez le nain en pleine bagarre contre un curieux jeune homme…
Il n’est pas le plus imposant physiquement. Il doit mesurer tout juste 1 mètre 70 et n’est pas bien musclé. Cependant il dispose d’une énergie et d’une présence remarquable. Il a l’air sur de lui, sans l’ombre d’un doute dans ses actions, s’adressant à tout le monde de la même manière, une manière loin d’être des plus polies.

Ce jeune homme n’est autre que Janver Lavanture, la canaille de Combe. Tout le monde l’appelle simplement ”Jan”, du moins lorsqu’il ne se fait pas interpeller par une injure. Son père, Balthazar Lavanture, est boucher à Combe. Sa mère, Josette Lavanture (née Vivallure), est cuisinière à l’auberge de la Combe et de la Caroncule.

Jan a toujours été turbulent. Dès sa naissance, il n’a cessé de pleurer de manière insupportable, comme s’il en voulait profondément à ses parents de l’avoir mis au monde. Son premier mot, prononcé dans son 13eme mois, n’était autre qu’une injure bien connue visant majoritairement les femmes et qui commence par un ‘P’.

Dès l’âge de 8 ans, il commet ses premiers vols de nourriture, bourses, armes légères… Ce qui lui valent un début de mauvaise réputation au sein des habitants de Combe. Une réputation qui n’a guère plu à son père Balthazar, un homme plutôt impatient et colérique, qui par conséquent ne s’est pas privé de battre son fils indigne et de le punir bien trop fréquemment.
Mais les avertissements de son paternel n’ont pas arrêté le jeune Jan, au contraire, ce dernier est vite monté dans une délinquance plus poussée qui s’est étendue à Bree et Archet. Vers 14 ans et maintenant en compagnie de deux gredins tout aussi mauvais qu’étaient Boniface Blondain et Gauderic Marcassin, il se met à viser des personnes plus riches et les établissements plus fréquentés. Mais il se voit aussi devenir une cible plus surveillée des autorités… En effet c’est à l’âge de 15 ans que Jan se fait finalement menotter au Poney Fringant et jeter à la prison de Bree pour trouble à l’ordre public; ceci après avoir attaqué un étranger du sud et s’être servi d’un hobbit comme bouclier pour se protéger de la riposte. Il y restera deux bons mois.

C’est à 17 ans qu’il commet son pire coup. Ruiné après être sorti de prison, il était impératif pour lui de se remplir les poches à nouveau. Une nuit il décide donc, avec l’aide de ses deux camarades, de piller les modestes caisses de l’auberge de la Combe et de la Caroncule. Pour ce faire, les trois canailles de Combe détournent l’attention des habitants en lançant un incendie au camp des bûcherons et en relâchant les chevaux des écuries. Mais il y avait un combais que Janver n’a pas su duper : son père Balthazar. En effet, le boucher interpelle son fils à la porte sud de Combe avec une matraque et ramène Jan devant des combais enragés.
Ces derniers lui laissent un ultimatum : l’exil permanent de Combe ou ses deux mains tranchées. Le jeunot les envoie évidemment tous balader en quittant sa ville natale définitivement avec son majeur levé. Quant à ses deux amis Boniface et Gauderic, ils s’en sont sortis innocents de tout crime.

C’est ainsi que le jeune Janver s’est retrouvé à Bree, continuant ses actes déplorables et insupportables, teintés de son insolence habituelle. Il trouve finalement un moyen d’être tranquille financièrement, un moyen plutôt douteux selon ceux qui s’attardent sur la question.

Aujourd’hui Janver a 22 ans révolus. Ce soir il s’en est pris au nain car ce dernier lui a renversé une goutte de bière sur son pantalon. Il l’a défenestré juste après que le nain ne se soit excusé poliment.

Et la bagarre continue sous vos yeux, jusqu’à ce que quelqu’un n’arrête cet enfoiré, ce malfrat, ce gredin de Jan… Priez pour que vous n’attiriez jamais son attention, vous risqueriez de passer un moment plutôt animé.

 

Presse des Peuples Libres

La Presse des Peuples Libres est là pour vous offrir un espace d’expression libre, ouvert à tous. Vous pouvez l’utiliser pour faire passer vos messages, donner votre avis ou réagir à l’actualité du jeu ou plus largement de l’univers de la Terre du Milieu.
Retrouvez l’ensemble des publications de la Presse des Peuples Libres en suivant ce lien.


3 Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Mesure anti-Bot (réservées aux utilisateurs non inscrit sur le site) : *